Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > Assange in Court

Assange in Court

dimanche 27 octobre 2019, par Talus

Téléchargements :

Bauhaus1

Le Talus

The Freedom Articles

Only Cowards And Sadists Support The Persecution Of Assange

Published 5 days ago on October 22, 2019

By Caitlin Johnstone

Last Updated on October 22, 2019

 

Seuls les lâches et les sadiques soutiennent la persécution d'Assange

Publié le 22 octobre 2019

Par Caitlin Johnstone

Dernière mise à jour le 22 octobre 2019

The Persecution of Assange continues at full speed,

with the courageous whistleblower being tortured to the point where he is losing his mental faculties. They have been throwing Assange to the dogs for years now. Former British ambassador Craig Murray has published a very disturbing account of Julian Assange’s court appearance yesterday which I recommend reading in full.

 

Assange in Court

 

 

UPDATE I have received scores of requests to republish and/or translate this article. It is absolutely free to use and reproduce and I should be delighted if everybody does; the world should know what is being done to Julian. So far, over 200,000 people have read it on this blogsite alone and it has already been reproduced on myriad other sites, some with much bigger readerships than my own. I have seen translations into German, Spanish and French and at least extracts in Catalan and Turkish. I only ask that you reproduce it complete or, if edits are made, plainly indicate them. Many thanks.

 

BEGINS

I was deeply shaken while witnessing yesterday’s events in Westminster Magistrates Court. Every decision was railroaded through over the scarcely heard arguments and objections of Assange’s legal team, by a magistrate who barely pretended to be listening.

Before I get on to the blatant lack of fair process, the first thing I must note was Julian’s condition. I was badly shocked by just how much weight my friend has lost, by the speed his hair has receded and by the appearance of premature and vastly accelerated ageing. He has a pronounced limp I have never seen before. Since his arrest he has lost over 15 kg in weight.

But his physical appearance was not as shocking as his mental deterioration. When asked to give his name and date of birth, he struggled visibly over several seconds to recall both. I will come to the important content of his statement at the end of proceedings in due course, but his difficulty in making it was very evident; it was a real struggle for him to articulate the words and focus his train of thought.

Until yesterday I had always been quietly sceptical of those who claimed that Julian’s treatment amounted to torture – even of Nils Melzer, the UN Special Rapporteur on Torture – and sceptical of those who suggested he may be subject to debilitating drug treatments. But having attended the trials in Uzbekistan of several victims of extreme torture, and having worked with survivors from Sierra Leone and elsewhere, I can tell you that yesterday changed my mind entirely and Julian exhibited exactly the symptoms of a torture victim brought blinking into the light, particularly in terms of disorientation, confusion, and the real struggle to assert free will through the fog of learned helplessness.

I had been even more sceptical of those who claimed, as a senior member of his legal team did to me on Sunday night, that they were worried that Julian might not live to the end of the extradition process. I now find myself not only believing it, but haunted by the thought. Everybody in that court yesterday saw that one of the greatest journalists and most important dissidents of our times is being tortured to death by the state, before our eyes. To see my friend, the most articulate man, the fastest thinker, I have ever known, reduced to that shambling and incoherent wreck, was unbearable. Yet the agents of the state, particularly the callous magistrate Vanessa Baraitser, were not just prepared but eager to be a part of this bloodsport.

She actually told him that if he were incapable of following proceedings, then his lawyers could explain what had happened to him later. The question of why a man who, by the very charges against him, was acknowledged to be highly intelligent and competent, had been reduced by the state to somebody incapable of following court proceedings, gave her not a millisecond of concern.

The charge against Julian is very specific; conspiring with Chelsea Manning to publish the Iraq War logs, the Afghanistan war logs and the State Department cables. The charges are nothing to do with Sweden, nothing to do with sex, and nothing to do with the 2016 US election; a simple clarification the mainstream media appears incapable of understanding.

The purpose of yesterday’s hearing was case management; to determine the timetable for the extradition proceedings. The key points at issue were that Julian’s defence was requesting more time to prepare their evidence; and arguing that political offences were specifically excluded from the extradition treaty. There should, they argued, therefore be a preliminary hearing to determine whether the extradition treaty applied at all.

The reasons given by Assange’s defence team for more time to prepare were both compelling and startling. They had very limited access to their client in jail and had not been permitted to hand him any documents about the case until one week ago. He had also only just been given limited computer access, and all his relevant records and materials had been seized from the Ecuadorean Embassy by the US Government; he had no access to his own materials for the purpose of preparing his defence.

Furthermore, the defence argued, they were in touch with the Spanish courts about a very important and relevant legal case in Madrid which would provide vital evidence. It showed that the CIA had been directly ordering spying on Julian in the Embassy through a Spanish company, UC Global, contracted to provide security there. Crucially this included spying on privileged conversations between Assange and his lawyers discussing his defence against these extradition proceedings, which had been in train in the USA since 2010. In any normal process, that fact would in itself be sufficient to have the extradition proceedings dismissed. Incidentally I learnt on Sunday that the Spanish material produced in court, which had been commissioned by the CIA, specifically includes high resolution video coverage of Julian and I discussing various matters.

The evidence to the Spanish court also included a CIA plot to kidnap Assange, which went to the US authorities’ attitude to lawfulness in his case and the treatment he might expect in the United States. Julian’s team explained that the Spanish legal process was happening now and the evidence from it would be extremely important, but it might not be finished and thus the evidence not fully validated and available in time for the current proposed timetable for the Assange extradition hearings.

 

For the prosecution, James Lewis QC stated that the government strongly opposed any delay being given for the defence to prepare, and strongly opposed any separate consideration of the question of whether the charge was a political offence excluded by the extradition treaty. Baraitser took her cue from Lewis and stated categorically that the date for the extradition hearing, 25 February, could not be changed. She was open to changes in dates for submission of evidence and responses before this, and called a ten minute recess for the prosecution and defence to agree these steps.

What happened next was very instructive. There were five representatives of the US government present (initially three, and two more arrived in the course of the hearing), seated at desks behind the lawyers in court. The prosecution lawyers immediately went into huddle with the US representatives, then went outside the courtroom with them, to decide how to respond on the dates.

After the recess the defence team stated they could not, in their professional opinion, adequately prepare if the hearing date were kept to February, but within Baraitser’s instruction to do so they nevertheless outlined a proposed timetable on delivery of evidence. In responding to this, Lewis’ junior counsel scurried to the back of the court to consult the Americans again while Lewis actually told the judge he was “taking instructions from those behind”. It is important to note that as he said this, it was not the UK Attorney-General’s office who were being consulted but the US Embassy. Lewis received his American instructions and agreed that the defence might have two months to prepare their evidence (they had said they needed an absolute minimum of three) but the February hearing date may not be moved. Baraitser gave a ruling agreeing everything Lewis had said.

At this stage it was unclear why we were sitting through this farce. The US government was dictating its instructions to Lewis, who was relaying those instructions to Baraitser, who was ruling them as her legal decision. The charade might as well have been cut and the US government simply sat on the bench to control the whole process. Nobody could sit there and believe they were in any part of a genuine legal process or that Baraitser was giving a moment’s consideration to the arguments of the defence. Her facial expressions on the few occasions she looked at the defence ranged from contempt through boredom to sarcasm. When she looked at Lewis she was attentive, open and warm.

The extradition is plainly being rushed through in accordance with a Washington dictated timetable. Apart from a desire to pre-empt the Spanish court providing evidence on CIA activity in sabotaging the defence, what makes the February date so important to the USA? I would welcome any thoughts.

 

Baraitser dismissed the defence’s request for a separate prior hearing to consider whether the extradition treaty applied at all, without bothering to give any reason why (possibly she had not properly memorised what Lewis had been instructing her to agree with). Yet this is Article 4 of the UK/US Extradition Treaty 2007 in full:

 

La persécution d'Assange continue à toute vitesse,

le lanceur d'alerte courageux a été torturé au point de perdre ses facultés mentales. Ils lancent les chiens sur Assange depuis des années. L’ancien ambassadeur du Royaume-Uni, Craig Murray, a publié un compte-rendu très troublant de la comparution de Julian Assange au tribunal hier, que je recommande de lire intégralement.

 

Voici donc une traduction de

Assange in Court

De Craig Murray (cible du lien en anglais)

 

MISE À JOUR : J'ai reçu un grand nombre de demandes de publication et / ou de traduction de cet article. L'utilisation et la reproduction sont absolument libres et je serais ravi si tout le monde le faisait. le monde devrait savoir ce qui est fait à Julian. À ce jour, plus de 200 000 personnes l’ont lu sur ce blog uniquement et il a déjà été reproduit sur une myriade d’autres sites, certains avec des lecteurs beaucoup plus nombreux que les miens. J'ai vu des traductions en allemand, espagnol et français et au moins des extraits en catalan et en turc. Je vous demande simplement de le reproduire intégralement ou, si des modifications sont apportées, de les indiquer clairement. Merci beaucoup.

 

 

LE COMPTE-RENDU

J’ai été profondément ébranlé en tant que témoin des événements survenus hier au tribunal de Westminster. Chaque décision a été prise malgré les arguments et les objections à peine entendus de l'équipe juridique d'Assange, par une magistrate qui a tout juste fait semblant d'écouter.

 

Avant de passer à l’absence flagrante de procédure équitable, la première chose que je dois noter est l’état de santé de Julian. J'ai été très choqué par la perte de poids de mon ami, par la vitesse à laquelle il a perdu ses cheveux et par son vieillissement prématuré et extrêmement accéléré. Il boite de façon prononcée ce que je ne l’avais jamais vu faire auparavant. Depuis son arrestation, il a perdu plus de 15 kg.

 

Mais son apparence physique n’était pas aussi choquante que sa dégradation mentale. Lorsqu'on lui a demandé de donner son nom et sa date de naissance, il a visiblement lutté pendant plusieurs secondes pour se souvenir des deux. Je reviendrai sur le contenu important de sa déclaration à la fin de la procédure en temps voulu, mais sa difficulté à s’exprimer était tout à fait évidente. Ce fut un véritable combat pour lui d'articuler les mots et de rassembler ses pensées.

Jusqu’à hier, j’avais toujours été sceptique face à ceux qui affirmaient – y compris Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture - que le traitement de Julian était assimilable à de la torture et à ceux qui pensaient qu’il risquait d’être  drogué, soumis à des traitements débilitants. Mais pour avoir assisté aux procès intentés en Ouzbékistan par plusieurs victimes de torture extrême et avoir travaillé avec des survivants du Sierra Leone et ailleurs, je peux vous dire qu'hier, j'ai complètement changé d'avis et que Julian a présenté exactement les symptômes d’une victime de torture : clignant des yeux à la lumière, présentant en particulier des signes de désorientation, de confusion et de véritable lutte pour recouvrer son libre arbitre à travers le brouillard de l’impuissance acquise.

 

J'étais encore plus sceptique à propos de ceux qui m’affirmaient, comme l'avait fait dimanche soir un haut responsable de son équipe juridique, qu'ils craignaient que Julian ne vive pas jusqu'à la fin du processus d'extradition. Je me retrouve maintenant non seulement à y croire, mais hanté par cette pensée. Tous les membres de ce tribunal ont constaté hier que l'un des plus grands journalistes et dissidents les plus importants de notre époque était en train d'être torturé à mort par l'État, sous nos yeux. Voir mon ami, l'homme le plus éloquent, le plus rapide des penseurs que j'aie connu, réduit à cette épave bouleversante et incohérente était insupportable. Cependant, les agents de l’État, et en particulier l’impitoyable juge Vanessa Baraitser, ne sont pas seulement préparés, mais désireux de participer de cette curée.

 

Elle est allée jusqu’à lui dire que s’il était incapable de suivre une procédure, ses avocats pourraient alors lui expliquer plus tard ce qui lui était arrivé. La question de savoir pourquoi un homme qui était reconnu comme étant extrêmement intelligent et compétent, avait été réduit du fait des accusations portées contre lui par l’État, à une personne incapable de suivre une procédure judiciaire, ne l’a pas effleurée une milliseconde.

Les faits reprochés à Julian sont très spécifiques : avoir conspiré avec Chelsea Manning pour publier les journaux de guerre de l'Irak, les journaux de guerre de l'Afghanistan et les câbles du département d'État. Les accusations n'ont rien à voir avec la Suède, ni avec le sexe, ni avec les élections étasuniennes de 2016. Une simple clarification que les médias dominants semblent incapables de comprendre.

 

L’audience d’hier a été consacrée à la gestion de l’affaire : déterminer le calendrier de la procédure d'extradition. Les principaux points litigieux étaient que la défense de Julian demandait davantage de temps pour préparer sa plaidoirie en faisant valoir que les infractions politiques étaient expressément exclues du traité d'extradition & qu’en conséquence, il était nécessaire d’organiser une audience préliminaire pour déterminer si le traité d'extradition était applicable ou non.

 

La défense d’Assange n’a réclamé plus de temps pour se préparer que pour des raisons convaincantes. Ils n’avaient eu qu’un droit très restreint de visiter leur client en prison et n’avaient pas été autorisés à lui remettre tous les documents sur l'affaire jusqu'à il y a une semaine. De plus, il n'avait eu qu'un accès limité à un ordinateur, tout son matériel et tous ses documents pertinents avaient été saisis à l'ambassade d'Équateur par le gouvernement des États-Unis : il n'avait pas accès à ses propres documents pour préparer sa défense.

 

En outre, la défense a fait valoir qu'elle était en contact avec les tribunaux espagnols à Madrid au sujet d'une action en justice très importante en cours et  en lien direct avec le procès qui fournirait des preuves vitales. Cette action montre que la CIA avait directement commandé l’espionnage de Julian à l’ambassade par l’intermédiaire d’une société espagnole, UC Global, chargée de la sécurité sur place. Essentiellement, il s’agissait notamment d’espionner des conversations privilégiées entre Assange et ses avocats, qui discutaient de sa défense contre cette procédure d’extradition aux États-Unis en cours depuis 2010. Dans un processus normal, cela seul suffirait à faire renoncer à la procédure d’extradition. Par ailleurs, j’ai appris dimanche que le matériel espagnol produit à l’audience, commandé par la CIA, incluait une couverture vidéo haute résolution de Julian et moi, abordant diverses questions.

 

Les preuves présentées à la justice espagnole incluaient également un complot de la CIA visant à kidnapper Assange, ce qui révèle l'attitude des autorités étasuniennes à l'égard de la légalité dans son affaire et du traitement auquel il pourrait s'attendre aux États-Unis. L’équipe de Julian a expliqué que la procédure judiciaire espagnole était en cours et que les éléments de preuve fournis seraient extrêmement importants, mais que cela pourrait ne pas être terminé et que ces documents probants ne seraient pas entièrement validés ni disponibles à temps dans le calendrier proposé pour les audiences d’extradition d’Assange.

Pour l'accusation, James Lewis QC a déclaré que le gouvernement s'opposait fermement à tout retard dans la préparation de la défense et à tout examen séparé de la question de savoir si l'accusation constituait un délit politique exclu par le traité d'extradition. Baraitser s'inspira de Lewis et déclara catégoriquement que la date de l'audience d'extradition, le 25 février, ne pouvait être changée. Elle était ouverte aux changements de dates pour la présentation des preuves et des réponses avant cela, et a appelé à une suspension d'audience de dix minutes afin que l'accusation et la défense puissent accepter ces étapes.

 

Ce qui s'est passé ensuite a été très instructif. Il y avait cinq représentants du gouvernement étasunien présents (initialement trois et deux autres arrivés au cours de l'audience), assis à des bureaux derrière les avocats au tribunal. Les avocats de l'accusation se sont immédiatement concertés avec les représentants étasuniens, puis sont sortis du tribunal avec eux pour décider de la manière dont ils devaient réagir aux propositions de dates.

 

Après la suspension de séance, l’équipe de la défense a déclaré qu’elle ne pourrait pas se préparer de manière adéquate si la date de l’audience était maintenue à février, mais que, conformément à l’instruction de Baraitser, ils avaient néanmoins établi un calendrier pour la présentation des preuves. En réponse, le jeune avocat de Lewis se précipita à l'arrière du tribunal pour consulter à nouveau les étasuniens, tandis que Lewis déclarait à la juge qu'il " suivait les instructions de ceux qui se trouvaient derrière ". Il est important de noter que, comme il l’a dit, ce n’est pas le bureau du procureur général du Royaume-Uni qui a été consulté, mais l’ambassade des États-Unis. Lewis a reçu ses instructions étasuniennes et a convenu que la défense pourrait disposer de deux mois pour préparer son témoignage (ils avaient déclaré avoir besoin d'un minimum absolu de trois), mais que la date de l'audience de février ne pouvait être déplacée. Baraitser a statué en accord avec tout ce que Lewis avait dit.

 

À ce stade, nous ne savions pas pourquoi nous étions assis face à cette farce. Le gouvernement étasunien dictait ses instructions à Lewis, qui les transmettait à Baraitser, qui les enregistrait comme s’il s’agissait de son propre jugement. La mascarade aurait tout aussi bien pu se réduire au contrôle de l'ensemble du processus par le gouvernement étasunien simplement assis sur le banc. Personne ne pouvait rester sur place et croire qu’il y avait là un véritable processus judiciaire ou que Baraitser prenait un moment pour examiner les arguments de la défense. Ses expressions de visage lors des rares occasions où elle regarda la défense varièrent de mépris à sarcasme en passant par l'ennui. Quand elle regardait Lewis, elle était attentive, ouverte et chaleureuse.

 

L’extradition est manifestement en train d’être mise en œuvre dans les délais prescrits par Washington. Mis à part le désir d'empêcher le tribunal espagnol de fournir des éléments de preuve sur les activités de la CIA dans le sabotage de la défense, en quoi la date de février est-elle si importante pour les États-Unis? J'accepterais volontiers toutes les suggestions (de réponse à cette question, NdTalus).

Baraitser a rejeté la demande de la défense de tenir une audience distincte afin de déterminer si le traité d’extradition s’appliquait, sans se donner la peine de fournir la moindre raison (elle n'avait probablement pas bien mémorisé ce que Lewis lui avait demandé d'approuver)

Pourtant, voici l'article 4 du traité d'extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis de 2007 dans son intégralité:

Extradition Treaty

 

NdTalus : le traité complet se trouve ICI au format pdf, soyez pas surprises de le trouver en anglais…

À la fin de ce billet, je vous propose une traduction de l’article 4. Celle-ci n’a rien d’officiel (elle n’est pas à l’abri des erreurs, évidemment), le texte anglais est, comme d’hab, en regard de la traduction pour vous en faciliter la vérification.

 

 

On the face of it, what Assange is accused of is the very definition of a political offence – if this is not, then what is? It is not covered by any of the exceptions from that listed. There is every reason to consider whether this charge is excluded by the extradition treaty, and to do so before the long and very costly process of considering all the evidence should the treaty apply. But Baraitser simply dismissed the argument out of hand.

Just in case anybody was left in any doubt as to what was happening here, Lewis then stood up and suggested that the defence should not be allowed to waste the court’s time with a lot of arguments. All arguments for the substantive hearing should be given in writing in advance and a “guillotine should be applied” (his exact words) to arguments and witnesses in court, perhaps of five hours for the defence. The defence had suggested they would need more than the scheduled five days to present their case. Lewis countered that the entire hearing should be over in two days. Baraitser said this was not procedurally the correct moment to agree this but she will consider it once she had received the evidence bundles.

(SPOILER: Baraitser is going to do as Lewis instructs and cut the substantive hearing short).

Baraitser then capped it all by saying the February hearing will be held, not at the comparatively open and accessible Westminster Magistrates Court where we were, but at Belmarsh Magistrates Court, the grim high security facility used for preliminary legal processing of terrorists, attached to the maximum security prison where Assange is being held. There are only six seats for the public in even the largest court at Belmarsh, and the object is plainly to evade public scrutiny and make sure that Baraitser is not exposed in public again to a genuine account of her proceedings, like this one you are reading. I will probably be unable to get in to the substantive hearing at Belmarsh.

Plainly the authorities were disconcerted by the hundreds of good people who had turned up to support Julian. They hope that far fewer will get to the much less accessible Belmarsh. I am fairly certain (and recall I had a long career as a diplomat) that the two extra American government officials who arrived halfway through proceedings were armed security personnel, brought in because of alarm at the number of protestors around a hearing in which were present senior US officials. The move to Belmarsh may be an American initiative.

Assange’s defence team objected strenuously to the move to Belmarsh, in particular on the grounds that there are no conference rooms available there to consult their client and they have very inadequate access to him in the jail. Baraitser dismissed their objection offhand and with a very definite smirk.

Finally, Baraitser turned to Julian and ordered him to stand, and asked him if he had understood the proceedings. He replied in the negative, said that he could not think, and gave every appearance of disorientation. Then he seemed to find an inner strength, drew himself up a little, and said:

I do not understand how this process is equitable. This superpower had 10 years to prepare for this case and I can’t even access my writings. It is very difficult, where I am, to do anything. These people have unlimited resources.

The effort then seemed to become too much, his voice dropped and he became increasingly confused and incoherent. He spoke of whistleblowers and publishers being labeled enemies of the people, then spoke about his children’s DNA being stolen and of being spied on in his meetings with his psychologist. I am not suggesting at all that Julian was wrong about these points, but he could not properly frame nor articulate them. He was plainly not himself, very ill and it was just horribly painful to watch. Baraitser showed neither sympathy nor the least concern. She tartly observed that if he could not understand what had happened, his lawyers could explain it to him, and she swept out of court.

The whole experience was profoundly upsetting. It was very plain that there was no genuine process of legal consideration happening here. What we had was a naked demonstration of the power of the state, and a naked dictation of proceedings by the Americans. Julian was in a box behind bulletproof glass, and I and the thirty odd other members of the public who had squeezed in were in a different box behind more bulletproof glass. I do not know if he could see me or his other friends in the court, or if he was capable of recognising anybody. He gave no indication that he did.

In Belmarsh he is kept in complete isolation for 23 hours a day. He is permitted 45 minutes exercise. If he has to be moved, they clear the corridors before he walks down them and they lock all cell doors to ensure he has no contact with any other prisoner outside the short and strictly supervised exercise period. There is no possible justification for this inhuman regime, used on major terrorists, being imposed on a publisher who is a remand prisoner.

I have been both cataloguing and protesting for years the increasingly authoritarian powers of the UK state, but that the most gross abuse could be so open and undisguised is still a shock. The campaign of demonisation and dehumanisation against Julian, based on government and media lie after government and media lie, has led to a situation where he can be slowly killed in public sight, and arraigned on a charge of publishing the truth about government wrongdoing, while receiving no assistance from “liberal” society.

Unless Julian is released shortly he will be destroyed. If the state can do this, then who is next?

 

À première vue, ce dont Assange est accusé n’est-il pas la définition même de l'infraction politique ? Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce que c'est ? Il n’est concerné par aucune des exceptions à cette liste. Il y a toutes les raisons pour examiner si cette accusation est exclue par le traité d'extradition, et ce avant le long et très coûteux processus d'examen de toutes les preuves si le traité devait s'appliquer. Mais Baraitser a tout simplement balayé l'objection d’un revers de main.

 

Juste au cas où quiconque resterait dans le doute sur ce qui se passait ici, Lewis se leva alors et suggéra que la défense ne devrait pas être autorisée à faire perdre du temps à la cour avec de nombreux arguments, que tous les éléments à décharge pour l'audience sur le fond devraient être communiqués à l'avance par écrit et " une guillotine doit être appliquée " (ce sont ses mots exacts) aux arguments et aux témoins devant le tribunal, en accordant peut-être cinq heures pour la défense. La défense avait suggéré qu’ils auraient besoin de plus que les cinq jours prévus pour présenter leurs plaidoiries. Lewis a répliqué que tout le procès devrait être terminé en deux jours. Baraitser a déclaré que ce n'était pas le bon moment, sur le plan de la procédure, pour l'accepter, mais qu'elle examinerait cette requête dès qu'elle aurait reçu les dossiers de preuves.

(RÉVÉLATION : Baraitser va suivre les instructions que Lewis lui donne et abréger l’audience de fond).

Baraitser a ensuite couronné le tout en disant que l'audience de février aurait lieu, non pas au tribunal de première instance de Westminster, relativement ouvert et accessible, où nous étions, mais dans celui de Belmarsh, le sombre établissement de haute sécurité utilisé pour le traitement juridique préliminaire des terroristes, rattaché à la prison de haute sécurité où Assange est détenu. Même le plus grand tribunal de Belmarsh ne compte que six sièges pour le public. Le but recherché est clairement d'éviter le regard du public et de s'assurer que Baraitser ne soit pas à nouveau exposée publiquement à un compte-rendu de la procédure, comme celui que vous lisez actuellement. Je ne pourrai probablement pas assister à l'audience de fond à Belmarsh.

 

Les centaines de braves gens qui étaient venus soutenir Julian ont manifestement déconcerté les autorités. Elles espèrent qu’ils seront nettement moins nombreux à se rendre à Belmarsh, beaucoup moins accessible. Je suis à peu près certain (et souvenez-vous que j’ai eu une longue carrière de diplomate) que les deux responsables extra-gouvernementaux étasuniens arrivés au milieu de la procédure étaient des membres de la sécurité armés, venus en renfort à cause de l’inquiétude devant le nombre de manifestants réunis autour de l’audience à laquelle étaient présents de hauts fonctionnaires étasuniens. Le déménagement à Belmarsh pourrait être une initiative étasunienne.

Les avocats d’Assange se sont vivement opposés au déménagement à Belmarsh, en particulier au motif qu’il n’y a pas de salle de conférence disponible pour discuter avec leur client et qu’ils n’avaient que très difficilement accès à lui dans la prison. Baraitser a rejeté leur objection de manière désinvolte et avec un indéniable sourire narquois.

Finalement, Baraitser se tourna vers Julian, lui ordonna de se lever et lui demanda s'il avait compris la procédure. Il a répondu par la négative, a déclaré qu'il ne pouvait pas penser et a donné toutes les apparences de désorientation. Puis il sembla trouver une force intérieure, se redressa un peu et dit:

 

Je ne comprends pas en quoi ce processus est équitable. Cette superpuissance a eu 10 ans pour se préparer à cette affaire et je ne peux même pas accéder à mes écrits. Il est très difficile, là où je suis, de faire quoi que ce soit. Ces personnes ont des ressources illimitées.

 

L’effort sembla alors devenir trop important, sa voix s’est atténuée et il est devenu de plus en plus confus et incohérent. Il a parlé de dénonciateurs et d’éditeurs considérés comme des ennemis du peuple, puis du vol de l’ADN de ses enfants et de son espionnage lors de ses entretiens avec son psychologue. Je ne suggère pas du tout que Julian se soit trompé sur ces points, mais il ne pouvait pas les ordonner ni les articuler correctement. De toute évidence, il n'était pas lui-même, mais très malade et c'était horriblement douloureux à regarder. Baraitser n'a montré ni sympathie ni la moindre inquiétude. Elle lui a fait remarquer aigrement que s’il ne pouvait pas comprendre ce qui s’était passé, ses avocats pourraient le lui expliquer, et elle a clos la séance.

 

Toute l'expérience a été profondément bouleversante. Il était très clair qu’il n’y avait pas de véritable processus d’examen juridique. Ce que nous avions était une démonstration nue du pouvoir de l'État et l’imposition brute des procédures par les étasuniens. Julian était dans une boîte derrière une vitre à l'épreuve des balles, et moi-même ainsi que la trentaine d'autres membres du public qui s'étaient entassés dans une autre boîte, derrière une autre vitre à l'épreuve des balles. Je ne sais pas s'il pouvait me voir ou voir ses autres amis dans la salle, ou s'il était capable de reconnaître qui que ce soit. Il n'a donné aucun signe de l’avoir fait.

 

À Belmarsh, il est maintenu en isolement complet 23 heures par jour. Il est autorisé à prendre 45 minutes d’exercice. S'il doit être déplacé, ils libèrent les couloirs avant qu'il ne les emprunte et ils verrouillent toutes les portes des cellules pour s'assurer qu'il n'a aucun contact avec un autre prisonnier en dehors de la courte période d'exercices strictement surveillée. Rien ne peut justifier que ce régime inhumain, appliqué aux grands terroristes, soit imposé à un éditeur qui est un simple prévenu.

 

Je documente et je proteste depuis des années contre les puissances de plus en plus autoritaires de l’État britannique, mais que les abus les plus grossiers puissent être si ouvertement étalés sans fard est toujours un choc. La campagne de diabolisation et de déshumanisation à l’encontre de Julian, orchestrée par le gouvernement et les médias, a entraîné une situation dans laquelle il peut être tué lentement à la vue du public et traduit en justice pour avoir publié la vérité sur les actes répréhensibles du gouvernement, sans recevoir aucune aide de la société " libérale ".

À moins que Julian ne soit libéré sous peu, il sera détruit. Si l'État peut le faire, alors qui sera le suivant?

 

Extradition Treaty

between the Government of the United Kingdom of Great Britain and

Northern Ireland and the Government of the United States of America

with Exchange of Notes

 

ARTICLE 4

 

Political and Military Offenses

1. Extradition shall not be granted if the offense for which extradition is requested is a political offense.

 

2. For the purposes of this Treaty, the following offenses shall not be considered political offenses:

 

(a) an offense for which both Parties have the obligation pursuant to a multilateral international agreement to extradite the person sought or to submit the case to their competent authorities for decision as to prosecution;

 

(b) a murder or other violent crime against the person of a Head of State of one of the Parties, or of a member of the Head of State's family;

 

(c) murder, manslaughter, malicious wounding, or inflicting grievous bodily harm;

 

(d) an offense involving kidnaping, abduction, or any form of unlawful detention, including the taking of a hostage;

 

(e) placing or using, or threatening the placement or use of, an explosive, incendiary, or destructive device or firearm capable of endangering life, of causing grievous bodily harm, or of causing substantial property damage;

 

(f) possession of an explosive, incendiary, or destructive device capable of endangering life, of causing grievous bodily harm, or of causing substantial property damage;

 

(g) an attempt or a conspiracy to commit, participation in the commission of, aiding or abetting, counseling or procuring the commission of, or being an accessory before or after the fact to any of the foregoing offenses.

 

 

 

 

 

3. Notwithstanding the terms of paragraph 2 of this Article, extradition shall not be granted if the competent authority of the Requested State determines that the request was politically motivated. In the United States, the executive branch is the competent authority for the purposes of this Article.

4. The competent authority of the Requested State may refuse extradition for offenses under military law that are not offenses under ordinary criminal law. In the United States, the executive branch is the competent authority for the purposes of this Article.

 

Infractions politiques et militaires

1. L'extradition n'est pas accordée si l'infraction pour laquelle l'extradition est demandée est un délit politique.

 

2. Aux termes du présent traité, ne sont pas considérées comme délits politiques les infractions suivantes :

 

a) une infraction pour laquelle les deux parties ont l'obligation, en vertu d'un accord international multilatéral d'extradition de la personne recherchée ou de soumettre le cas à leurs autorités compétentes pour qu'elles se prononcent sur la suite à donner aux poursuites ;

 

b) un meurtre ou un autre crime violent contre la personne d'un chef d'État de l'une des Parties, ou d'un membre de la famille du chef de l’État ;

 

c) le meurtre, l'homicide involontaire, les blessures malveillantes ou le fait d'infliger de graves lésions corporelles ;

 

d) une infraction de kidnapping, d'enlèvement ou de toute autre forme de détention illégale, y compris la prise d'otage ;

 

e) Le fait de placer ou d'utiliser, ou de menacer de placer ou d'utiliser un engin explosif, incendiaire ou destructeur ou une arme à feu capable de mettre la vie en danger, de causer des lésions corporelles graves ou de causer des dommages matériels importants ;

 

f) la possession d'un engin explosif, incendiaire ou destructeur capable de de mettre la vie en danger, de causer des lésions corporelles graves ou des dommages matériels importants ;

 

g) - la tentative ou la conspiration en vue de commettre,

- la participation à la commission de,

- le fait d'aider ou de se rendre complice,

- de conseiller ou de procurer (le nécessaire à ? NdTalus) la commission d'une infraction

- ou le fait d'être complice avant ou après les faits de l'une ou l'autre des infractions susmentionnées.

 

3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2 du présent article, l'extradition n'est pas accordée si l'autorité compétente de l'État requis détermine que la demande était politiquement motivée. Aux États-Unis, le pouvoir exécutif est le pouvoir compétent aux termes du présent article.

 

4. L'autorité compétente de l'État requis peut refuser l'extradition dans les cas d’infractions de droit militaire qui ne sont pas des infractions de droit pénal ordinaire. Aux États-Unis, le pouvoir exécutif est l'autorité compétente aux termes du présent article.

 

 

La suite concerne les dons possibles pour l’entretien du blog & les commentaires.

Je n’ai pas traduit tout le reste mais pour celles qui lisent l’anglais, les commentaires que j’ai lus (seulement le début : y’en a beaucoup...) valent bien de l’être.

 

Unlike our adversaries including the Integrity Initiative, the 77th Brigade, Bellingcat, the Atlantic Council and hundreds of other warmongering propaganda operations, this blog has no source of state, corporate or institutional finance whatsoever. It runs entirely on voluntary subscriptions from its readers – many of whom do not necessarily agree with the every article, but welcome the alternative voice, insider information and debate.

 

Subscriptions to keep this blog going are gratefully received.

Choose subscription amount from dropdown box:

Recurring Donations


 

IF YOU LIVE IN THE UK, PLEASE SIGN MY PETITION FOR OFFICIAL INTERNATIONAL OSCE OBSERVERS FOR THE NEXT SCOTTISH INDEPENDENCE REFERENDUM

 

Contrairement à nos adversaires, dont l'Initiative d'intégrité, la 77e Brigade, Bellingcat, le Conseil de l'Atlantique et des centaines d'autres sites de propagande belliciste, ce blog n'a pas la moindre source de financement public, industriel ou institutionnel. Il ne fonctionne que grâce aux abonnements volontaires de ses lecteurs - dont beaucoup ne sont pas nécessairement d'accord avec chaque article, mais accueillent favorablement une voix alternative, l'information privilégiée et le débat.

 

 

 

Dans les premiers commentaires :

 

Jane

I just think that everyone is really afraid. The forces behind these fascist, corporate governments will stop at nothing to achieve their goal of world domination. Anyone can be eliminated, especially people with a high profile, like Amal Clooney, Peter Gabriel, Tutu. In fact, it is pretty much done and dusted … pessimistic viewpoint? You bet! We don’t realise really much we’ve lost, yet … and the worst is yet to come. Peaceful protests do nothing. [...]

 

 C’est moi qui graisse & souligne :

 

" les manifestations pacifiques ne font rien "

La question de la non-violence se pose aussi outre-manche & fort probablement ailleurs aussi. La violence du pouvoir & d’un système en train de détruire volontairement la vie sur notre planète se fout complètement des défilés " bon-enfant " & même de quelques vitrines brisées, sinon qu’elles servent à incarcérer quelques personnes qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment...

 

 

Téléchargements :

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0