Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > benny gantz, son nouveau conseiller & le sang sur leurs (...)

benny gantz, son nouveau conseiller & le sang sur leurs mains

mardi 4 février 2020, par Talus

benny gantz, son nouveau conseiller & le sang sur leurs mains
Carte Annexes

Téléchargement

Logo pdf Logo epub


Benny Gantz, His New Adviser and the Blood on Their Hands

 Gideon Levy

Feb 02, 2020 1:55 AM

 

benny gantz, son nouveau conseiller & le sang sur leurs mains

Gideon Levy

le 2 février 2020

Source : Haaretz

benny gantz & amir eshel en 2012

Benny Gantz and Amir Eshel in 2012. IDF Spokesperson's Unit

benny gantz & amir eshel en 2012. Service de communication de l’armée israélienne.

 

The flight to Washington with the connection in Zurich surprised people. Kahol Lavan leader Benny Gantz as a regular guy. The fact that his new adviser for diplomatic issues, Amir Eshel, came along made a big impression; former air force chiefs are almost always very impressive.

 

After they stood in line for the flight like all the other passengers, the two sat down in the plane and sank deep into conversation ahead of the meeting at the White House. The name Muftia Ziada certainly didn’t come up in their talk before they fell asleep after their Bloody Marys over the Atlantic. Muftia who? The name that they probably never heard before should have been resounding in their minds.

 

In a symbolic coincidence, a mere two days separated Gantz and Eshel’s visit to Washington and the hearing of a suit against them at a district court in The Hague. The meeting in Washington was a big story, the one in The Hague was a non-story. As expected, three judges there rejected the demand for compensation by Ismail Ziada, a Dutch citizen and the son of the late Muftia Ziada, from the two handsome and promising Israelis, Gantz and Eshel.

 

Muftia was a 1948 refugee who was expelled or fled as a child to the Bureij refugee camp in Gaza, where she lived her life. On July 20, 2014, her life came to a cruel end. The apartment house where she lived was blown up from the air and 70-year-old Muftia was killed along with her three sons, her daughter-in-law and her grandchild.

 

The family was almost wiped out. She was one of 142 families that lost more than three children during those terrible days of Operation Protective Edge, when the Israeli military bombed apartment buildings with the people inside as an intentional, despicable and cruel policy, not as an operational error.

 

According to figures provided by rights group B’Tselem, around 70 apartment houses were blown up with their residents inside, killing more than 600 people. Gantz was the commander in chief and Eshel was the commander of the air force.

 

To this day, Gantz is proud of this killing. In his response to the suit in the Dutch court, he said the Israeli army is the most moral army in the world and he’s proud to have served in it for decades. The two men who flew to Washington to discuss the annexation plan, which Gantz supports, are comrades in arms, blood brothers. There is more blood on their hands than on those of their rival, Benjamin Netanyahu.

 

Le vol vers Washington avec la correspondance à Zurich a surpris les gens. Le leader de Kahol Lavan, benny gantz, comme un gars ordinaire. Le fait qu’il soit accompagné de  son nouveau conseiller pour les questions diplomatiques, Amir Eshel, a fait forte impression : les anciens chefs des forces aériennes sont presque toujours très impressionnants.

 

Après avoir fait la queue pour le vol comme tous les autres passagers, tous deux se sont assis dans l'avion & se sont plongés profondément dans une conversation en prévision de la réunion à la Maison Blanche. Ils n’ont certainement pas prononcé le nom de Muftia Ziada avant de s'endormir après leurs Bloody Marys au-dessus de l'Atlantique. Muftia qui ? Ce nom qu'ils n'avaient probablement jamais entendu auparavant aurait dû résonner dans leur esprit.

 

Par une coïncidence symbolique, deux jours à peine ont séparé la visite de gantz & eshel à Washington de l’audience de leur procès devant un tribunal d’instance à La Haye. La réunion de Washington était une grande histoire, celle de La Haye n'en était pas une. Comme on pouvait s’y attendre, les trois juges ont rejeté la demande d'indemnisation  qu’avait présentée Ismail Ziada, un citoyen néerlandais & fils de la disparue Muftia Ziada, relaxant les deux considérables & prometteurs israéliens, gantz & eshel.

 

Muftia était une réfugiée de 1948 qui avait été expulsée ou avait fui, enfant, dans le camp de réfugiés de Bureij à Gaza, où elle a toujours vécu.

Muftia avait donc 4 ans lors de la Nakba (la catastrophe) qui a expulsé ou provoqué la fuite de 700 000 palestiniens de leur terre, NdTalus.

Le 20 juillet 2014, cette vie a cruellement pris fin. L'immeuble où elle vivait a été détruit par une attaque aérienne & Muftia, 70 ans, a été tuée avec ses trois fils, sa belle-fille & son petit-fils.

 

La famille a été presque anéantie. C’était l'une des 142 familles qui ont perdu plus de trois enfants pendant ces effroyables jours de l'opération " bordure protectrice "*, lorsque l'armée israélienne a bombardé des immeubles d'habitation occupés, non pas à cause d’une erreur opérationnelle mais intentionnellement, dans le cadre d’une politique méprisable & cruelle.

* : la cible du lien, en français, n’est pas celle de Haaretz.

Selon les chiffres fournis par le groupe de défense des droits humains B'Tselem, environ 70 immeubles d'habitation ont explosé avec leurs habitants à l'intérieur, tuant plus de 600 personnes. gantz était le commandant en chef & eshel le commandant de l'armée de l'air.

 

Aujourd'hui encore, gantz est fier de ce massacre. Dans sa réponse au procès devant le tribunal néerlandais, il a déclaré que l'armée israélienne est l'armée la plus morale du monde & qu'il est fier d'y avoir servi pendant des décennies. Les deux hommes qui se sont rendus à Washington pour discuter du plan d'annexion, que gantz soutient, sont des compagnons d'armes, des frères de sang. Il y a plus de sang sur leurs mains que sur celles de leur rival, benjamin nétanyahou.

 

Related Articles

 

 

The apartment house in Bureij has since been rebuilt. The four children who lost their parents and their grandmother in the bombing have been rehoused on the ground floor of the building, whose walls are gray. Simone Tangelder, a journalist for Dutch public television, is making a documentary on the affair and visited the rebuilt family home in Gaza on Thursday. The family told her they hoped the court in the Netherlands would rule in favor of the suit. This was of course a failed hope – of the hopeless.

 

The Ziada family was partly obliterated by an intentional bombing of civilians, clearly a war crime. This crime, like all others, isn’t being investigated, either in Israel or abroad, except for the joke of an investigation by the Israeli army. There is no one to accept responsibility, no one to be punished, no one to pay the price that should be paid, no one to compensate the victims. This crime is an orphan, like the children of the Ziada family.

 

To protest the killing of the members of the Ziada family, only the Dutch nonagenarian Henk Zanoli returned the Righteous Among the Nations medal he received from Yad Vashem to the Israeli ambassador to the Netherlands. This family, like all who share its fate in Gaza, has no voice and no protector. Now the Dutch court has also rejected them, with the temerity to demand that the family pay court costs to Israel, whose lawyers defended Gantz and Eshel.

Those responsible for this mass killing in Gaza are now the hope of the Israeli center-left, the moderate and the sane, lovers of peace and justice. They boast of moral values, they are against wars and crimes – and of course against Netanyahu. Just let Gantz be elected and Eshel be appointed his adviser, and everything will be so much better and so much more just.

 

L’immeuble d'appartements de Bureij a été reconstruit depuis. Les quatre enfants qui ont perdu leurs parents & leur grand-mère dans le bombardement ont été relogés au rez-de-chaussée de l'immeuble aux murs gris. Simone Tangelder, journaliste à la télévision publique néerlandaise, réalise un documentaire sur l'affaire & a visité jeudi la maison familiale reconstruite à Gaza. La famille lui a dit qu'elle espérait que le tribunal néerlandais se prononcerait en leur faveur. & bien sûr l’espoir de ces désespérés a été déçu.

 

 

La famille Ziada a été pratiquement anéantie par un bombardement intentionnel de civils, ce qui constitue clairement un crime de guerre. Ce crime, comme tous les autres, ne fait l'objet d'aucune enquête, ni en Israël ni à l'étranger, excepté la plaisanterie que constitue celle de l'armée israélienne. Il n'y a personne pour en accepter la responsabilité, personne pour être puni, personne pour payer le prix qui devrait être payé, personne pour indemniser les victimes. Ce crime est orphelin, comme les enfants de la famille Ziada.

 

Pour protester contre le meurtre des membres de la famille Ziada, il ne s’est trouvé que le nonagénaire néerlandais Henk Zanoli : il a rendu à l'ambassadeur d'Israël aux Pays-Bas la médaille du Juste parmi les nations qu'il avait reçue de Yad Vashem.

 Cette famille, comme toutes celles qui partagent son destin à Gaza, n'a ni voix ni protecteur. Désormais, le tribunal néerlandais les a aussi rejetés, avec l’audace d'exiger le paiement par la famille de frais de justice à israël, dont les avocats ont défendu gantz & eshel.

 

Les responsables de ce massacre à Gaza sont désormais l'espoir du centre-gauche israélien, des modérés & des raisonnables, des amoureux de la paix & de la justice. Ils se vantent de leurs valeurs morales, ils sont contre les guerres & les crimes, & bien sûr contre nétanyahou. Il suffit que gantz soit élu & qu'eshel devienne son conseiller pour que tout devienne tellement mieux & tellement plus juste.

 

Si vous ne le connaissez pas & que vous avez l’occasion de voir Valse avec Bachir, un film hybride animation & images tournées de Ari Folman, le loupez pas. Le personnage principal & narrateur (Folman lui-même) voyage à la recherche de son passé chez d’anciens potes embarqués comme lui dans la guerre dont il a perdu la mémoire.

Très fort. Une présentation rapide ICI.

 

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

Carte Talus

ou https://www.letalus.org

ou encore, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenue au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner (de préférence) via le flux RSS : Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner. N’oubliez pas d’ajouter l’adresse courriel du Talus à votre carnet d’adresses pour éviter le classement en indésirables de ses messages.

Précision : l’abonnement RSS nécessite un greffon / une extension / un plugin dans votre navigateur, par exemple Feedbro pour Firefox, RSS Feed Reader pour Chromium / Chrome…

Avantages :

  1. à la différence des mèls, ça risque pas d’atterrir dans les pourriels, indésirables, spams…
  2. c’est anonyme.
  3. vous arrêtez ou reprenez l’abonnement instantanément, dès que vous le souhaitez.
Inconvénients :
  1. J’en vois pas, vous me les signalerez si vous en trouvez.

Le Talus est entièrement réalisé sous Linux (Mint 19.3 Cinnamon)  avec le système (libre) de publication pour l’Internet SPIP. Quand il y a lieu, les images sont éditées/modifiées avec GIMP (libre) (comme Tux, la mascotte Linux, avec un gilet jaune ci-dessous, par exemple)

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0