CPI : Crimes de guerre

Crimes de guerre
Carte Annexes

Téléchargement

Logo pdfLogo epub 

ICC Approves Probe Into Possible War Crimes by Israel, Hamas in Palestinian Territories

Netanyahu accuses court of persecuting Israel for political reasons ■ U.S. State Dept. says it has 'serious concerns' over ICC exercising jurisdiction in non-member countries

Judy Maltz

Noa Landau

Published at Feb 5, 2021 18:13 Updated at Feb 6, 2021 00:35

La CPI approuve l'enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis par israël et le Hamas dans les territoires palestiniens

Netanyahu accuse le tribunal de persécuter israël pour des raisons politiques ■ Le Département d'État américain déclare avoir des " doutes sérieux " concernant l'exercice de la compétence de la CPI dans des pays non-affiliés.

Judy Maltz

Noa Landau

Publié dans Haaretz le 5 février 2021 18:13 Mis à jour le 6 février 2021 00:35

 

 

 

 

Fumées et flammes au-dessus de la ville de Gaza

Smoke and fire rise over Gaza City during the 2014 war with Israel.Credit: Hatem Moussa,AP

Fumées et flammes s'élèvent au-dessus de la ville de Gaza pendant la guerre de 2014 avec israël. Photo : Hatem Moussa, AP

 

The International Criminal Court in The Hague approved on Friday the prosecutor's request to open legal proceedings against Israel and Hamas on suspicion of committing war crimes in the West Bank, East Jerusalem and the Gaza Strip.

 

Judge Marc Perrin de Brichambaut of France and Judge Reine Alapini-Gansou of Benin accepted the findings of Prosecutor Fatou Bensouda’s preliminary investigation from December of 2019 that there is a basis for investigating the matter further, and ruled that the court does have jurisdiction in the Palestinian territories, rejecting Israel's argument that it lacks such authority. The ruling passed with a 2-1 vote, with Presiding Judge Peter Kovacs of Hungary issuing a dissenting opinion.

The court noted that it is “not constitutionally competent to determine matters of statehood that would bind the international community,” explaining that its ruling on jurisdiction is “neither adjudicating a border dispute… nor prejudging the question of any future borders.”

 

"Today, the court proved once again that it is a political body and not a judicial institution," Prime Minister Benjamin Netanyahu said of the news.

"The court ignores real war crimes, and instead persecutes Israel, a country with a stable democratic regime that holds up the rule of law and is not a member of the court. With this decision, the court harmed democratic nations' right to defend themselves from terrorism and played into the hands of elements that undermine efforts to expand the circle of peace." Netanyahu added, "We will continue to protect our citizens and our soldiers in every way from legal persecution."

 

 

La Cour Pénale Internationale de La Haye a approuvé vendredi (le 5 février 2021, NdT) la demande du procureur d'ouvrir une procédure judiciaire contre israël et le Hamas, soupçonnés d'avoir commis des crimes de guerre en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza.

 

 

Le juge français Marc Perrin de Brichambaut et la juge béninoise Reine Alapini-Gansou ont validé les conclusions de l'enquête préliminaire du procureur Fatou Bensouda de décembre 2019 selon lesquelles il y a une base pour poursuivre les investigations, et ont déclaré que la Cour est compétente dans les territoires palestiniens, rejetant l'argument d'israël selon lequel elle n'a pas cette autorité. La décision a été adoptée à deux voix contre une, le juge hongrois Peter Kovacs ayant voté contre.

 

La Cour a noté qu'elle n'est " pas constitutionnellement compétente pour déterminer les questions de statut d'État qui lieraient la communauté internationale ", expliquant que sa décision sur la compétence n'est " ni de résoudre un litige frontalier... ni de préjuger de la question de toute frontière future ".

 

" Aujourd'hui, la Cour a prouvé une fois de plus qu'elle est un organe politique et non une institution judiciaire ", a déclaré le premier ministre benjamin tanyahou à propos de l’annonce.

" La Cour ignore les véritables crimes de guerre et en revanche poursuit israël, un pays au régime démocratique stable qui défend l'État de droit et n'est pas membre de la Cour. Avec cette décision, la Cour a porté atteinte au droit des nations démocratiques de se défendre contre le terrorisme et a fait le jeu des éléments qui sapent les efforts visant à élargir le cercle de la paix ". nétanyahou a ajouté : " nous continuerons à protéger nos citoyens et nos soldats de toutes les manières possibles contre les poursuites judiciaires ".

nétanyahou fait semblant d’ignorer que les donneurs d’ordres ne sont ni de simples soldats ni de simples citoyens… NdT

 

La procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda

ICC Chief Prosecutor Fatou Bensouda during a trial at The Hague, July 8, 2019.Credit: Eva Plevier / Reuters

La procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda, lors d'un procès à La Haye, le 8 juillet 2019.

 

 

A senior Israeli official in the Justice Ministry said that an investigation had yet to be opened nor had any particular individuals been targeted following the court's decision. The official added, "We are preparing to mount a full defense for any Israeli citizens that the court attempts to legally persecute if an investigation is opened."

The Palestinian Foreign Ministry meanwhile hailed a "historic day for the principle of accountability" and said it was ready to cooperate.

 

Un haut fonctionnaire israélien du ministère de la justice a déclaré qu'aucune enquête n'avait encore été ouverte et qu'aucune personne en particulier n'avait été visée suite à la décision du tribunal. Le fonctionnaire a ajouté : " Nous nous préparons à assurer complètement la défense de tout citoyen israélien que le tribunal tentera de poursuivre judiciairement si une enquête est ouverte ".

Le ministère palestinien des affaires étrangères a salué une " journée historique pour le principe de responsabilité " et s'est dit prêt à coopérer.

 

 

In Washington, State Department spokesman Ned Price said: "We have serious concerns about the ICC's ability to exercise jurisdiction over Israeli personnel. We have always taken the position that the court's jurisdiction should be reserved for countries that consent to it, or that are referred by the UN Security Council. This decision just came out, we're aware of it, and we're reviewing it.

Price tweeted later Friday that "The United States objects to today’s [ICC] decision regarding the Palestinian situation. Israel is not a State Party to the Rome Statute," adding "We will continue to uphold President Biden’s strong commitment to Israel and its security, including opposing actions that seek to target Israel unfairly."

Foreign Minister Gabi Ashkenazi said the decision “distorts international law and turns this institution to a political tool in the hands of anti-Israel propogandists. The International Criminal Court has no jurisdiction to discuss the Palestinian case.

 

“The judges’ decision is a prize for Palestinian terror and the refusal of the Palestinian Authority to return to direct negotiation with Israel, and contributes, in practice, to polarizaiton between the sides,” he continued. “We call on countries that finds importance in the international justice system and opposes its political exploitaiton to respect countries’ sovereign right to choose not to accept the court’s authority. The State of Israel will use every method necessary to protect its citizens.”

Israeli Ambassador to the United States Gilad Erdan tweeted Friday that the decision "is distorted and antisemitic," adding that it is an "attack on Israel and all democracies, undermining our ability to defend civilians against terrorism."

He added that "The court was established to investigate the world's gravest war crimes, but instead it meddles in political disputes, rewarding Palestinian terrorists and pushing the Palestinians further away from the momentum of peace now taking place in our region." 

The prosecutor announced in late 2019, after issuing a number of warnings, that there was a basis for launching a probe against Israel and Hamas on suspicion of war crimes in the territories since 2014, in the wake of a petition by the Palestinian Authority.

Bensouda initially asked of the court to rule on the question of its territorial jurisdiction in the West Bank and Gaza. She did so because Israel argues that only countries with sovereignty can give the court criminal jurisdiction and that the matter is a political dispute.

Besouda wrote in 2019 that "Based on the available information, there is a reason to believe that war crimes were committed in the context of the 2014 hostilities in Gaza," referring to Operation Protective Edge. She also wrote that available information shows that "The Israel Defense Forces intentionally launched disproportionate attacks in relation to at least three incidents which the ICC has focused [on],” which intentionally lead to killings and a significant number of injuries.

"There is a reasonable basis to believe that… members of the Israeli authorities have committed war crimes by transferring Israeli civilians into the West Bank," Bensouda said, adding that "Despite the clear and enduring calls that Israel cease activities in the Palestinian Territories [that have been] deemed contrary to international law, there is no indication that they will end. To the contrary, there are indications that they may not only continue, but that Israel may seek to annex these territories."

She then cited Netanyahu's campaign promise in August and September 2019 to annex the Jordan Valley should he win reelection.

In relation to Gaza, she wrote: “The Prosecution further considers that the scope of the situation could encompass an investigation into crimes allegedly committed in relation to the use by members of the IDF of non-lethal and lethal means against persons participating in demonstrations beginning in March 2018 near the border fence between the Gaza Strip and Israel, which reportedly resulted in the killing of over 200 individuals, including over 40 children, and the wounding of thousands of others.”

The prosecutor added that there is "A reasonable basis to believe that members of Hamas and Palestinian armed groups committed the war crimes” during Operation Protective Edge, including “Intentionally directing attacks against civilians and civilian objects, using protected persons as shields” and torture.

In July, U.S. President Donald Trump, in coordination with Israel, ordered the levying of sanctions on individuals and groups involved in the ICC investigation of suspected U.S. war crimes in Afghanistan. Senior administration officials said a number of times that they would also see the decision to investigate Israel as a “political” decision that may provoke a further American response. The U.S. decision triggered a wave of opposition by dozens of countries, which this week affirmed their support for the international court.

 

 

 

À Washington, le porte-parole du Département d'État, Ned Price, a déclaré " Nous avons de sérieux doutes quant à la capacité de la CPI à exercer sa juridiction sur les agents de l’État israélien. Nous avons toujours été d'avis que la compétence de la Cour devrait être limitée aux pays parties prenantes ou à ceux que le Conseil de sécurité des Nations unies lui défère. Cette décision vient de sortir, nous la prenons en compte et nous sommes en train de l’étudier ".

Price a tweeté plus tard vendredi que " les états-unis s'opposent à la décision d'aujourd'hui [CPI] concernant la situation palestinienne. israël n'est pas un État partie au Statut de Rome ", ajoutant " nous continuerons à soutenir le ferme engagement du président Biden envers israël et sa sécurité, y compris en s'opposant aux actions qui cherchent à cibler injustement israël ".

Le ministre des affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a déclaré que cette décision " fausse le droit international et transforme cette institution en un outil politique aux mains des propagandistes anti-israéliens. La Cour pénale internationale n'est pas compétente pour discuter de l'affaire palestinienne. "

 

" La décision des juges est une récompense pour le terrorisme palestinien et le refus de l'Autorité palestinienne de revenir à une négociation directe avec israël et contribue, en pratique, à la polarisation entre les parties ", a-t-il poursuivi. " Nous appelons les pays qui trouvent de l'importance dans le système judiciaire international et s'opposent à son exploitation politique à respecter le droit souverain des pays à choisir de ne pas accepter l'autorité de la Cour. L'État d'israël utilisera toutes les méthodes nécessaires pour protéger ses citoyens ".

toutes les méthodes nécessaires ? C’est à dire ? NdT (Graissage du Talus)

L'ambassadeur israélien aux états-unis, Gilad Erdan, a tweeté vendredi que la décision " est déformée et antisémite ", ajoutant qu'il s'agit d'une " attaque contre israël et toutes les démocraties, sapant notre capacité à défendre les civils contre le terrorisme ".

Il a ajouté que " le tribunal a été créé pour enquêter sur les crimes de guerre les plus graves du monde, mais au lieu de cela, il s'immisce dans des différends politiques, récompensant les terroristes palestiniens et éloignant encore plus les Palestiniens de la dynamique de paix qui se déroule actuellement dans notre région ".

La procureure a annoncé fin 2019, après avoir émis un certain nombre d'avertissements, qu'il y avait une base pour lancer une enquête sur israël et le Hamas concernant des soupçons de crimes de guerre dans les territoires depuis 2014, à la suite d'une requête de l'Autorité palestinienne.

Bensouda a d'abord demandé à la Cour de se prononcer sur la question de sa compétence territoriale en Cisjordanie et à Gaza. Elle l'a fait parce qu'israël soutient que seuls les pays souverains peuvent donner à la Cour une compétence pénale et que la question est un différend politique.

Besouda a écrit en 2019 que " Sur la base des informations disponibles, il y a des raisons de croire que des crimes de guerre ont été commis dans le contexte des hostilités de 2014 à Gaza ", en référence à l'opération " Protective Edge " (" bordure protectrice "). Elle a également écrit que les informations disponibles montrent que " les forces de défense israéliennes ont intentionnellement lancé des attaques disproportionnées en relation avec au moins trois incidents sur lesquels la CPI s'est concentrée ", qui ont intentionnellement conduit à des meurtres et à un nombre important de blessés.

" Il y a une base raisonnable pour penser que ... des membres des autorités israéliennes ont commis des crimes de guerre en transférant des civils israéliens en Cisjordanie ", a déclaré Bensouda, ajoutant que " malgré les appels clairs et persistants à la cessation des activités d'israël dans les territoires palestiniens [qui ont été] jugées contraires au droit international, rien n'indique qu'elles prendront fin. Au contraire, il y a des indications montrant qu'elles pourraient non seulement continuer, mais qu'israël pourrait chercher à annexer ces territoires ".

Elle a ensuite cité la promesse de campagne de nétanyahou en août et septembre 2019 d'annexer la vallée du Jourdain s'il était réélu.

À propos de Gaza, elle a écrit : " L'accusation considère en outre que la portée de la situation pourrait englober une enquête sur les crimes qui auraient été commis en relation avec l'utilisation par des membres des FDI (forces de défense israéliennes : l’armée, tsahal. NdT) de moyens non létaux et létaux contre des personnes participant à des manifestations commençant en mars 2018 près de la clôture frontalière entre la bande de Gaza et israël, qui auraient entraîné la mort de plus de 200 personnes, dont plus de 40 enfants, et blessé des milliers d'autres ".

La procureure a ajouté qu'il y a " une base raisonnable pour croire que des membres du Hamas et des groupes armés palestiniens ont commis les crimes de guerre " pendant l'opération " Protective Edge ", notamment " le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des civils et des biens civils, en utilisant des personnes protégées comme boucliers " et la torture.

En juillet, le président américain donald trump, en coordination avec israël, a ordonné la prise de sanctions envers les individus et groupes participant à l'enquête de la CPI sur les crimes de guerre américains présumés en Afghanistan. Les hauts fonctionnaires de l'administration ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils considéreraient également la décision d'enquêter sur israël comme une décision " politique " qui pourrait provoquer une nouvelle réaction américaine. La décision américaine a déclenché une vague d'opposition de dizaines de pays, qui ont affirmé cette semaine leur soutien à l'enquête de la CPI.

 

Ben Samuels and Reuters contributed to this report.

Reportage réalisé avec la participation de Ben Samuels et Reuters.

 

 

À lire également sur le site d’Orient XXI :

B’Tselem. Un apartheid " sur tout le territoire sous l’autorité de l’État d’israël "

B’Tselem est la principale ONG israélienne défendant les droits humains & c’est la première fois depuis sa fondation (en 1989) qu’elle emploie le terme apartheid pour décrire la situation en Palestine (dans un rapport publié le 12 janvier 2021).

& aussi un article plus ancien mais instructif :

Dans une guerre sans fin...

 

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

 

https://www.letalus.org

ou, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenues au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner (de préférence) via le flux RSS : Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner. N’oubliez pas d’ajouter l’adresse courriel du Talus à votre carnet d’adresses pour éviter le classement en indésirables de ses messages.

Précision : l’abonnement RSS nécessite un greffon / une extension / un plugin dans votre navigateur, par exemple Feedbro pour Firefox, RSS Feed Reader pour Chromium / Chrome…

Avantages :

  1. à la différence des mèls, ça risque pas d’atterrir dans les pourriels, indésirables, spams…

  2. c’est anonyme.

  3. vous arrêtez ou reprenez l’abonnement instantanément, dès que vous le souhaitez.

Inconvénients :

  1. J’en vois pas, vous me les signalerez si vous en trouvez.

Le Talus est entièrement réalisé sous Linux (Mint 20 Cinnamon)  avec le système (libre) de publication pour l’Internet SPIP. Quand il y a lieu, les images sont éditées/modifiées avec GIMP (libre), comme Tux, la mascotte Linux, avec un gilet jaune ci-dessous, par exemple

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune