Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > Dans une guerre sans fin...

Dans une guerre sans fin...

dimanche 12 janvier 2020, par Talus

Page de garde

Téléchargements :

Dans une guerre sans fin...
Dans une guerre sans fin...

 

 

 

 

Dans une guerre sans fin...

‘In an endless war on terror, we are all doomed to become Palestinians’

Halper’s new book sheds light on the arms industry, arguing that Israel is now the go-to nation for armies and police forces around the world

 

" Dans une guerre sans fin contre le terrorisme, nous sommes tous condamnés à devenir Palestiniens "

Le nouveau livre de Halper* fait la lumière sur l'industrie de l'armement, en soutenant qu'israël est maintenant la nation de référence pour les armées & les forces de police dans le monde entier.

 

Source : HTTPS://WWW.MIDDLEEASTEYE.NET/FEATURES/ENDLESS-WAR-TERROR-WE-ARE-ALL-DOOMED-BECOME-PALESTINIANS

 

* : À propos du nouveau (enfin, plus tout à fait…) livre de Halper : voir le premier article " La guerre contre le peuple " de la revue " Les Possibles " (ATTAC) du Printemps 2017, par Halper lui-même. Article également publié sur le site de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix).

 

Jeff Halper guidant l'une de ses tournées pour l’ICAHDJeff Halper leading one of his ICAHD tours in E1, an area of the West Bank just outside Jerusalem. Halper and others accuse Israel of planning to build Jewish settlements there to destroy any hopes of a Palestinian state (Jonathan Cook)

Jeff Halper guidant l'une de ses tournées pour l’ICAHD dans E1, une zone de la Cisjordanie toute proche de Jérusalem. Halper & d'autres accusent israël de projeter d'y construire des colonies juives pour détruire tout espoir d'un État palestinien. (Jonathan Cook)

L'ICAHD (Israeli Committee Against House Demolitions) est une organisation humanitaire israélienne qui milite contre l'occupation des Territoires palestiniens. Elle organise notamment des visites d'une demi-journée à Jérusalem-Est, (Old city & Greater Jerusalem Tour), des visites d'une journée dans la vallée du Jourdain, ainsi que des tours destinés à approfondir les connaissances des participants sur les enjeux actuels.

Source : Le Petit Futé

Israeli Committee Against House Demolitions : Comité israélien contre la démolition de maisons (palestiniennes, évidemment. NdTalus).

 

Carte situant la zone E1

Source : france24

 

By Jonathan Cook

Published date: 1 September 2015 14:44 UTC | Last update: 4 years 4 months ago

 

For 18 years Jeff Halper has been on the front lines of the Israel-Palestine conflict, helping to rebuild Palestinian homes in the occupied territories demolished by Israel. As he prepares to step down as head of the Israeli Committee Against House Demolitions (ICAHD), he is publishing a new book on Israel.

Halper’s main conclusion is disturbing. Israel, he says, is globalising Palestine.

 

The former anthropology professor’s wide-ranging research has forced him into an expertise he is not entirely comfortable with: the global arms industry.

 

Halper argues that Israel is cashing in – both financially and diplomatically – on systems of control it has developed in the occupied territories. It is exporting its know-how to global elites keen to protect their privileges from both external and internal challengers.

In a world supposedly mired in an endless war on terror, we may all be facing a future as Palestinians.

 

Halper’s book, entitled War Against the People, due out next month, suggests that Israel provides a unique window on some of the most important recent developments in what he terms "securocratic warfare".

 

 

 

 

The book’s central thesis emerged as he tried to understand why tiny Israel hits way beyond its weight economically, politically and militarily. How does Israel have so much clout – not only in the US and Europe but, more surprisingly in countries as diverse as India, Brazil and China?

 

None of the usual explanations – Holocaust guilt, the power of lobbies, even the growth in Christian fundamentalism – seemed to provide a complete answer.

Global pacification

 

Zeev Maoz, an Israeli political science professor based in California, set Halper on a different track. “He has observed that one of the Zionist movement’s fundamental tenets was to tie its wagon to a hegemon, serving it,” Halper says.

 

 

 

The Zionists did that early on by cultivating British support in Palestine. Once established as a state, Israel helped the French and British at Suez in 1956, and after 1967 Israel served as a US surrogate in the Middle East during the Cold War.

 

Today, Israel’s growing influence, Halper claims, reflects its positioning of itself at the heart of the rapidly burgeoning “global pacification” industry, advising and assisting militaries, police forces and homeland security agencies around the world.

 

In the post-9/11 world, Israel is security king – or “securityland”, as a leading Israeli analyst recently described it.

 

And significantly, Israel is starting to parlay this usefulness into wider political and diplomatic support, says Halper, even as the international community grows exasperated by nearly 50 years of occupation. Such backing, including from much of the Arab world, often remains hidden from view.

 

 

 

US president Dwight Eisenhower’s grim warning from the 1950s that a rampant “military-industrial complex” was threatening to become the real power behind the façade of popular democracy needs updating, says Halper.

 

He describes the emergence of what he calls the MISSILE complex: full-spectrum dominance by the US and its allies through the joint activity of the military, internal security, surveillance, intelligence and law enforcement.

After decades of controlling Palestinians under occupation, he notes, Israel is unrivalled in all these spheres. It uses the occupied territories as a giant laboratory for developing and testing new ideas, technology, tactics and weaponry.

 

An arms superpower

 

As we meet at his home in West Jerusalem, Halper is keen to stress that he is only sketching the outlines of the new US-led global pacification industry. He has entered largely uncharted waters. Journalists, analysts and academics have shied away from the necessary research, he claims, preferring to keep within their narrow specialisations.

 

Halper is interested in “big-picture” analysis, joining up the dots. And doing so has forced him to explore unfamiliar territory, reading up on key texts in security studies, poring over the works of terrorism experts, and meeting decorated generals.

 

Halper points out that Israel spends about 8 percent of its GDP a year on the military, about twice the per capita expenditure of the United States. Despite its size, Israel has more military aircraft than any European country.

Israel has four of the world’s top 100 arms manufacturers, and is ranked among the top 10 arms dealing countries, in some assessments as high as fourth place. The Global Militarisation Index has crowned Israel the most militarised nation on the planet every year since 2007.

 

In May Israel won a new accolade, becoming a “cyber superpower”, its companies selling about a tenth of the world’s computer and network security technology.

 

That focus on the military and weapons systems has led Israel into official military relations with 130 countries, many of them dictatorships known for their human rights violations. Reports suggest that Israel engages in more dubious and secretive deals with additional regimes.

 

This month the United Nations disclosed that Israel was breaking a Western arms embargo on selling weapons to South Sudan, fuelling the civil war there. Critics have suggested that Israel also has advisers and trainers operating clandestinely in South Sudan.

 

End of conventional wars

But Israel’s real talent, says Halper, has been to exploit a new emphasis on “securocratic warfare”.

“Wars between states are largely a thing of the past,” he observes. “In the new kind of warfare, F-35 jets and nuclear weapons are far less useful. What is needed now are the skills Israel has developed after a century of ‘counter-insurgency’ against the Palestinians. Israel is the go-to country when it comes to securocratic warfare.”

The need for this kind of warfare was highlighted following the US attack on Iraq in 2003, he notes. Conventional wars between states have traditionally involved three phases: operational preparations, the actual attack, and the outcome.

But Iraq – as well as Afghanistan before it – showed a fourth stage: the need for stabilisation and peace-keeping following regime change.

 

The pacification industry that has boomed post-9/11, Halper notes, is spreading back to the West. As the military takes on many of the duties of a police force in external wars like Iraq and Afghanistan, back home the police become ever more militarised. Police in Ferguson look indistinguishable from their compatriots in the US army in Iraq.

 

 

“What we are seeing is the rise of the human-security state – endless ‘war on terror’, the world in a permanent state of emergency. The traditional hard walls between the police and the military, between domestic and overseas intelligence agencies – between the FBI and the CIA, if you like – crumble.”

Warrior cops

For elites who see danger lurking around every corner, Israel has the answer: what he calls the “warrior cop”. For decades Israel has been operating paramilitary forces like the Border Police, as well as intelligence services like the Shin Bet, whose area of operational responsibility is not constrained by distinctions between Israel and the occupied Palestinian territories.

 

“Israel created the model long ago of the military and police working together, and now it is well-placed to train the world,” Halper concludes.

 

That point was underscored this week when the Israeli government announced that a long-time army officer, Gal Hirsch, would become the head of Israel’s national police force.

 

What is at stake? Are the US and Europe not trying to defend themselves against real terror threats?

 

Halper believes it is important to examine these developments within a larger framework: the capitalist world system.

It is no coincidence, he believes, that the US is talking up global terror threats at the same time as wealth and power have de-territorialised, creating an archipelago of elite interests that stretch from parts of the US and Europe to Singapore and the Virgin Islands.

 

Transnational corporations need secure corridors for the flow of capital and labour, he argues, as much of the rest of the world turns into wastelands or slums.

 

 

The concern is how to maintain a social order conducive to capitalism as great swathes of the globe are impoverished and migrants try to escape their desperate plight.

 

This is where Israel has stepped in. The place where Israel has developed its ideas and tested them is the occupied territories, says Halper.

The control of Gaza, for example, offers a blueprint for other states concerned about domestic surveillance, border security, urban warfare, migration threats, and much more.

 

“The Palestinians, in this sense, are an important resource for Israel. Without the occupied territories, Israel would be New Zealand. It would be a tourist destination, not a regional hegemon.”

A place at NATO’s table

 

Israel’s arms industry isn’t just aimed at making money. “It puts Israel at the table with NATO countries.” Israel conducts military exercises with NATO, and helps develop Watchkeeper drones for the Europeans.

 

It also has increasingly close ties, says Halper, with regimes that are ostensibly its enemy, such as Saudi Arabia. “The Saudis are funding ISIS [Islamic State], so how does one explain their alliance with Israel? The common denominator is ‘security politics’. No two countries have interests more alike than Israel and Saudi Arabia.”

 

When the Saudis unveiled the Arab Peace Initiative in 2002, Halper argues, they offered, in return for an end to the occupation, the Arab world’s recognition of Israel as the regional hegemon.

 

Is Israel’s usefulness paying off diplomatically?

 

There are indications that increasingly it is. The Economist recently noted that India, which has long track record of supporting the Palestinians, was among five countries abstaining at the UN Human Rights Council last month on a resolution criticising Israel for its conduct in Gaza last summer in a 51-day attack that killed more than 500 children.

 

The magazine added that Israeli officials believe the international community’s growing dependence on its arms will reduce its vulnerability over the long term to the boycott (BDS) movement.

 

Halper points out that Nigeria, another country that has become reliant on Israeli arms, recently also betrayed its traditional support for the Palestinians.

Nigeria saved Israel and the US great embarrassment last December when it voted in the UN Security Council against a Palestinian resolution demanding an end to the occupation. The US had feared that it would have to cast its veto.

 

Halper emphasises that the US is still the world’s largest arms dealer by some margin. But in its scramble to fill the niches, Israel helps shine a light on the arms industry’s true purpose: not security, but pacification.

 

 

"When you call it ‘security’, you shut down the debate. Who doesn’t want security? But when you reframe it is as ‘pacification’, the real goals become much clearer.”

 

Par Jonathan Cook

Date de publication: 1er septembre 2015 14:44 UTC | Dernière mise à jour: il y a 4 ans & 4 mois

 

Depuis 18 ans, Jeff Halper est en première ligne du conflit israélo-palestinien, en aidant à reconstruire les maisons palestiniennes détruites par israël dans les territoires occupés. Alors qu'il s'apprête à démissionner de son poste de président du Comité israélien contre les démolitions de maisons (ICAHD), il publie un nouveau livre sur israël.

La principale conclusion de Halper est inquiétante. israël, dit-il, mondialise la Palestine.

 

Les domaines étendus de recherches de l’ancien professeur d’anthropologie l’ont contraint à analyser un domaine dans lequel il n’est pas tout à fait à l’aise : l’industrie mondiale de l’armement.

 

Halper soutient qu'israël rentabilise - à la fois financièrement & diplomatiquement - les systèmes de contrôle qu'il a développés dans les territoires occupés. Il exporte son savoir-faire vers des élites mondiales soucieuses de protéger leurs privilèges des concurrents internes & externes.

 

Dans un monde soi-disant embourbé dans une guerre perpétuelle contre le terrorisme, nous pouvons tous être confrontés à un avenir semblable au présent des Palestiniens.

 

Le livre de Halper, intitulé Guerre contre le Peuple, qui sortira le mois prochain*, suggère qu’israël offre un point de vue privilégié sur certains des développements récents les plus importants de ce qu’il appelle la «guerre sécurocratique».

* : la sortie (en 2015) est celle du bouquin en anglais, il ne semble pas exister de traduction française. NdTalus.

La thèse centrale du livre est apparue alors qu’il tentait de comprendre pourquoi le petit israël pèse bien plus que son poids apparent sur les plans économique, politique & militaire. Pourquoi  israël a-t-il autant de pouvoir - non seulement aux états-unis & en europe, mais, plus surprenant, dans des pays aussi divers que l'inde, le brésil & la chine ?

 

Aucune des explications habituelles - la culpabilité de l'Holocauste, le pouvoir des lobbies, même la croissance de l'intégrisme chrétien - ne semblait apporter une réponse complète.

La Pacification globale

 

Zeev Maoz, professeur israélien de science politique habitant en Californie, a dirigé Halper dans une autre voie. " Il a observé que l'un des principes fondamentaux du mouvement sioniste était de lier sa destinée à un hégémon*, pour le servir ", dit Halper.

* : hégémon : dans la Grèce antique, chef militaire & politique

 

Les sionistes l'ont fait très tôt en développant leur soutien britannique en Palestine. Une fois établi en tant qu'État, israël a aidé les Français & les Britanniques à Suez en 1956 et, après 1967, israël a servi de substitut étasunien au Moyen-Orient pendant la guerre froide.

 

Aujourd'hui, l'influence croissante d'israël, affirme Halper, reflète sa position au cœur de l'industrie en plein essor de la " pacification mondiale ". Il conseille & aide les militaires, les forces de police ainsi que les agences de sécurité intérieure du monde entier.

 

Dans le monde de l'après-11 septembre, israël est le roi de la sécurité - ou " pays de la sécurité " - comme un analyste israélien de premier plan l'a récemment décrit.

 

Et de manière significative, israël commence à faire fructifier cette compétence dans un soutien politique & diplomatique plus large, a déclaré Halper, alors même que la communauté internationale est exaspérée par près de 50 ans d'occupation*. Un tel soutien, y compris d'une grande partie du monde arabe, reste souvent caché.

* les 50 ans indiqués ici sont largement inférieurs à la réalité qui dépasse maintenant 70 ans. NdTalus

Le  président américain Dwight Eisenhower avertissait dans les années 1950 qu’un sinistre " complexe militaro-industriel " rampant menaçait de devenir le véritable pouvoir derrière l’apparente démocratie populaire. Cette menace nécessite d’être mise à jour a déclaré Halper.

 

Il décrit l'émergence de ce qu'il appelle le complexe MISSILE : domination tous azimuts  par les états-unis & leurs alliés via les activités conjointes de l'armée, de la sécurité intérieure, de la surveillance, du renseignement & des forces de l’ordre.

 

Après des décennies de contrôle des Palestiniens sous occupation, note-t-il, israël est sans égal dans tous ces domaines. Il utilise les territoires occupés comme un laboratoire géant pour développer & tester des nouveautés : technologies, tactiques & armement.

Une superpuissance des armes

 

Alors que nous le rencontrons chez lui à Jérusalem-Ouest, Halper souligne fermement qu'il ne fait qu'esquisser les contours de la nouvelle industrie mondiale de pacification dirigée par les États-Unis. Il est entré dans des eaux largement inexplorées. Les journalistes, les analystes et les universitaires se sont écartés de la recherche nécessaire, affirme-t-il, préférant le confinement de leurs spécialisations étriquées.

 

Halper s'intéresse à l'analyse " globale " en synthétisant les données. & cela l'a forcé à explorer un territoire inconnu, à lire des textes clés dans des études de sécurité, à se pencher sur les travaux d'experts du terrorisme & à rencontrer des généraux décorés.

 

Halper souligne qu'israël dépense environ 8% de son PIB annuel pour l'armée, soit environ, par habitant, le double des états-unis. Malgré sa taille, israël possède plus d'avions militaires que n'importe quel pays européen.

 

israël compte quatre des 100 plus grands fabricants d'armes au monde & se classe parmi les 10 premiers pays fournisseurs d'armes & même à la quatrième place selon certaines évaluations. L'indice mondial de militarisation a couronné israël nation la plus militarisée de la planète chaque année depuis 2007.

 

En mai (2015, NdTalus), israël a reçu une nouvelle distinction, en devenant une " superpuissance cybernétique " : ses entreprises vendent environ un dixième de la technologie mondiale de sécurité informatique & de réseau.

 

Cette concentration sur les systèmes militaires & d'armement a conduit israël à établir des relations militaires officielles avec 130 pays, dont beaucoup sont des dictatures connues pour leurs violations des droits de l'homme. Des rapports suggèrent qu'israël est impliqué dans des accords plus douteux & plus secrets avec d'autres régimes.

 

Ce mois-ci, les Nations Unies ont révélé qu'israël alimentait la guerre civile au Sud-Soudan en violant un embargo occidental sur la vente d'armes. Les critiques ont laissé entendre qu'il a également des conseillers & des formateurs qui y opèrent clandestinement.

 

 

La fin des guerres classiques

Mais le vrai talent d'israël, dit Halper, a été d'exploiter la nouvelle importance de la " guerre sécurocratique ".

" Les guerres entre États sont largement reléguées dans le passé ", observe-t-il. " Dans le nouveau type de guerre, les chasseurs F-35 & les armes nucléaires sont beaucoup moins utiles. Ce qui est nécessaire maintenant, ce sont les compétences qu'israël a développées après un siècle de " contre-insurrection " envers les Palestiniens. Il est le pays de référence en matière de guerre sécurocratique ".

La nécessité de ce type de combat a été soulignée après l'attaque américaine contre l'Irak en 2003, note-t-il. Les guerres conventionnelles entre États comportent traditionnellement trois phases : les préparatifs opérationnels, l'attaque réelle & les conséquences.

Mais l'Irak, mais aussi l'Afghanistan avant lui, ont montré une quatrième étape : la nécessité de la stabilisation & du maintien de la paix après un changement de régime.

 

L'industrie de la pacification, qui a explosé après le 11 septembre, note M. Halper, se propage en Occident. Alors que l'armée assume de nombreuses fonctions de police dans des guerres extérieures comme en Irak & en Afghanistan, la police se militarise de plus en plus chez elle. La police à Ferguson* ne se distingue pas de ses compatriotes de l'armée américaine en Irak.

* : affaire Michael Brown, manifestations à Ferguson, missouri. NdTalus

" Ce que nous voyons, c'est la montée de l'État " humano-sécuritaire " : une " guerre contre le terrorisme " sans fin, le monde en état d'urgence permanent. Les murs traditionnels entre la police & l'armée, entre les agences de renseignement intérieure & extérieure - entre le FBI & la CIA, si vous préférez – s'effondrent. "

 

flics guerriers

Pour les élites qui voient le danger rôder à chaque coin de rue, israël a la réponse : ce qu'il appelle le " flic guerrier ". Depuis des décennies, il fait fonctionner des forces paramilitaires comme la police des frontières ainsi que des services de renseignement comme le Shin Bet dans une zone d’intervention opérationnelle qui n'est pas limitée par les distinctions entre israël & les Territoires Palestiniens occupés.

 

 

" Il y a longtemps qu’israël a créé le modèle de la collaboration entre l'armée & la police, & maintenant il est bien placé pour assurer la formation du monde ", conclut Halper.

 

Ce point a été mis en évidence cette semaine (en août 2015, NdTalus) lorsque le gouvernement a annoncé qu'un officier de longue date de l'armée, Gal Hirsch, allait devenir le directeur de la police nationale israélienne.

 

Quel est l'enjeu ? Les états-unis & l'europe n'essaient-ils pas de se défendre contre de véritables menaces terroristes ?

 

Halper pense qu'il est important d'examiner ces développements dans un cadre plus large : le système capitaliste mondial.

 

Ce n'est pas une coïncidence, estime-t-il, si les états-unis évoquent des menaces terroristes mondiales alors que la richesse & le pouvoir se sont dé-territorialisés en créant un archipel d'intérêts pour l’élite qui s'étend de certaines régions des états-unis & de l'europe à singapour & aux îles vierges.

 

Les sociétés transnationales ont besoin de couloirs sécurisés pour la circulation des capitaux & de la main-d'œuvre, affirme-t-il, d’autant plus qu’une grande partie du reste du monde se transforme en terrains vagues ou en bidonvilles.

 

Le problème est de savoir comment maintenir un ordre social propice au capitalisme alors que de grandes étendues du globe s'appauvrissent & que les migrants tentent d'échapper à leur situation désespérée.

 

C'est là qu'israël intervient : l'endroit où il a développé ses idées & les a testées, ce sont les Territoires Occupés, dit Halper.

 

Le contrôle de Gaza, par exemple, offre un modèle aux autres États concernés par la surveillance intérieure, la sécurité des frontières, la guerre urbaine, les menaces de migration & bien plus encore.

 

" En ce sens, les Palestiniens sont une ressource importante pour israël. Sans les territoires occupés, ce serait la Nouvelle-Zélande : une destination touristique, pas une puissance régionale hégémonique ".

Une place à la table de l'OTAN

 

L'industrie de l'armement israélienne ne vise pas seulement à faire de l'argent. " Elle met israël à la table des pays de l'OTAN ". Il mène des exercices militaires avec l'OTAN & aide à développer des drones Watchkeeper pour les Européens.

 

Il entretient également des liens de plus en plus étroits, selon M. Halper, avec des régimes qui sont ostensiblement ses ennemis, comme l'arabie saoudite. " Les saoudiens financent daech (État islamique), alors comment expliquer leur alliance avec israël ? Le dénominateur commun est la  " politique de sécurité ". Nulle part ailleurs deux pays n’ont d’intérêts aussi proches qu’israël & l'arabie saoudite ".

 

Lorsque les Saoudiens ont dévoilé l'Initiative de paix arabe en 2002, soutient Halper, ils ont offert, en échange de la fin de l'occupation, la reconnaissance d'israël en tant que puissance régionale dominante par le monde arabe.

 

La compétence d'israël est-elle payante sur le plan diplomatique ?

 

Certains signes montrent que oui, de plus en plus. The Economist a récemment noté que l'Inde, qui soutient depuis longtemps les Palestiniens, faisait partie des cinq pays qui se sont abstenus au Conseil des droits de l'homme de l'ONU le mois dernier sur une résolution critiquant israël pour son comportement à Gaza l'été dernier dans son attaque de 51 jours qui a tué plus de 500 enfants.

 

Le magazine a ajouté que les responsables israéliens estiment que la dépendance croissante de la communauté internationale à l'égard de ses armes réduira sa vulnérabilité à long terme au mouvement de boycott (BDS).

 

Halper souligne que le nigéria aussi, un autre pays qui est devenu dépendant des armes israéliennes, a récemment trahi son soutien traditionnel aux Palestiniens.

 

Le nigéria a délivré israël & les états-unis d'une question épineuse en décembre dernier  (2014, NdTalus) lorsqu'il a voté au Conseil de sécurité de l'ONU contre une résolution palestinienne exigeant la fin de l'occupation. Les états-unis avaient craint de devoir opposer leur veto.

 

M. Halper souligne que les états-unis sont toujours, & de loin, le plus grand trafiquant d'armes au monde. Mais dans sa précipitation pour occuper les cases vides, israël contribue à mettre en lumière le véritable objectif de l'industrie de l'armement : non pas la sécurité, mais la pacification.

 

" Quand vous nommez ça " sécurité ", vous mettez fin au débat. Qui ne veut pas de sécurité ? Mais quand vous reformulez en " pacification ", les vrais objectifs deviennent plus clairs."

 

Un peu de musique pour vous remonter le moral…

 

 

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

Carte Talus

ou https://www.letalus.org

ou encore, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenue au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner (de préférence) via le flux RSS : Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner. N’oubliez pas d’ajouter l’adresse courriel du Talus à votre carnet d’adresses pour éviter le classement en indésirables de ses messages.

Précision : l’abonnement RSS nécessite un greffon / une extension / un plugin dans votre navigateur, par exemple Feedbro pour Firefox, RSS Feed Reader pour Chromium / Chrome…

Avantages :

  1. à la différence des mèls, ça risque pas d’atterrir dans les pourriels, indésirables, spams…

  2. c’est anonyme.

  3. vous arrêtez ou reprenez l’abonnement instantanément, dès que vous le souhaitez.

Inconvénients :

  1. J’en vois pas, vous me les signalerez si vous en trouvez.

Le Talus est entièrement réalisé sous Linux (Mint 19.3 Cinnamon)  avec le système (libre) de publication pour l’Internet SPIP. Quand il y a lieu, les images sont éditées/modifiées avec GIMP (libre) (comme Tux, la mascotte Linux, avec un gilet jaune ci-dessous, par exemple).

 

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0