Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > N’étiquetez pas les produits des colonies israéliennes. Interdisez-les

N’étiquetez pas les produits des colonies israéliennes. Interdisez-les

vendredi 15 novembre 2019, par Talus

Téléchargements :

Don’t Label Israeli Settlement Products. Ban Them
Don’t Label Israeli Settlement Products. Ban Them

 

 

 

Don't Label Israeli Settlement Products. Ban Them

Carte Talus

Annexe du 15 novembre 2019

 

Haaretz : Don't Label Israeli Settlement Products. Ban Them

N’étiquetez pas les produits des colonies israéliennes. Interdisez-les

 

 

There is nothing ethical in trading in products made with stolen natural resources on stolen land. There can be no meaningful peace process that normalizes war crimes and violations of international law

 

Il n'y a rien d'éthique dans le commerce de produits fabriqués à partir de ressources naturelles volées sur des terres volées. Il ne peut y avoir aucun véritable processus de paix qui normalise les crimes de guerre et les violations.

 

soldat israélien en sentinelle à Hébron

An Israeli soldier blocks an entrance to the Jewish settlers' zone of Hebron's Tel Rumeida neighborhood,near Shuhada Street in the West Bank city's center. September 18, 2016HAZEM BADER / AFP

 

Un soldat israélien en sentinelle à l'entrée de la zone des colons juifs du quartier Tel Rumeida d'Hébron, près de la rue Shuhada, dans le centre de la Cisjordanie. 18 septembre 2016HAZEM BADER / AFP

 

November 15 marks 31 years since the Palestinian Declaration of Independence. A courageous document of national sentiments mixed with pragmatism, in which the Palestine National Council, the PLO's legislative body, declared the State of Palestine's independence on the 1967 borders, and its commitment to international law and all United Nations resolutions.

So far, this has been the only real concession, a historic compromise, made by either side towards achieving peace in the Middle East.

Now is a time when many question the viability of the two-state solution - and others try to redefine its elements. It's more important than ever to remember the basic requirements of any political solution ensuring a just and lasting peace in our region.

The main reason why many believe that the two-state solution is no longer possible is because of Israel's colonial settlements, a systematic Israeli policy since 1967.

This policy is founded on the constant creation of facts on the ground, aimed at its irreversibility. It is designed to make it impossible for the people of Palestine to exercise their inalienable rights, notably our right to self-determination.

That aim has been understood by most international bodies, including the conclusion of the International Court of Justice's Advisory Opinion on the Wall in 2004. Under international law, the policy of colonial-settlements is tantamount to a war crime.

But the question remains: What happens after such solid legal arguments against Israeli settlements? What did the international community do? Very little.

Few policies aimed at the settlements have been implemented, despite clear and firm international resolutions. International markets continue to trade with Israeli settlements, and global companies continue to be involved with the Israeli occupation. Their actions have facilitated the growth of the settlement project. There is a clear correlation between the absence of accountability and the expansion of Israeli settlements.

 

Le 15 novembre marque le 31e anniversaire de la Déclaration d'indépendance palestinienne. Un document courageux de sentiments nationaux mêlés de pragmatisme, dans lequel le Conseil national palestinien, organe législatif de l'OLP, a déclaré l'indépendance de l'État de Palestine aux frontières de 1967 et son attachement au droit international et à toutes les résolutions des Nations Unies.

 

Jusqu'à présent, il s'agit de la seule véritable concession, d'un compromis historique fait par les deux parties pour parvenir à la paix au Moyen-Orient.

 

Le moment est venu pour beaucoup de s'interroger sur la viabilité de la solution à deux États - et d'autres essaient de redéfinir ses éléments. Il est plus important que jamais de se rappeler les exigences fondamentales de toute solution politique garantissant une paix juste et durable dans notre région.

La principale raison pour laquelle beaucoup pensent que la solution des deux États n'est plus possible est l’implantation de colonies de peuplement israéliennes, une politique systématique depuis 1967.

 

Cette politique du fait accompli est mise en œuvre par la création constante (de colonies illégales, NdTalus) sur le terrain, visant son irréversibilité. Elle est conçue pour empêcher le peuple palestinien d'exercer ses droits inaliénables, notamment son droit à l'autodétermination.

 

Cet objectif a été compris par la plupart des instances internationales, comme dans la conclusion de l'avis consultatif de la Cour Internationale de Justice sur le mur (barrière de séparation israélienne, NdTalus) en 2004. En droit international, la politique des colonies de peuplement est considérée comme un crime de guerre.

 

Mais la question demeure : que se passe-t-il au vu d’arguments juridiques aussi solides contre les colonies israéliennes ? Qu'a fait la communauté internationale ? Très peu.

 

Peu de politiques condamnant les colonies de peuplement ont été appliquées, en dépit de résolutions internationales claires et fermes. Les transactions internationales se poursuivent avec les colonies de peuplement israéliennes, et les entreprises mondiales continuent de collaborer à l'occupation israélienne. Leurs actions ont facilité la croissance du projet de colonisation. Il existe une corrélation évidente entre l'absence de comptes à rendre et l'expansion des colonies israéliennes.

 

 

drapeau israélien sur une maison palestinienne occupée

A young Israeli settler fixes the Israeli flag outside a Palestinian house occupied overnight by settlers in the West Bank town of Hebron. March 27, 2018HAZEM BADER / AFP

Un jeune colon israélien fixe le drapeau israélien sur une maison palestinienne occupée pendant la nuit par des colons dans la ville d'Hébron, en Cisjordanie. 27 mars 2018 HAZEM BADER / AFP

 

To avoid international condemnations, Israel has cynically used its involvement in the peace process to prevent United Nations resolutions. In 1997, the Clinton administration vetoed a Security Council resolution condemning Israel's construction of the illegal settlement of Har Homa, on the land of Jabal Abu Ghneim in Beit Sahour. The U.S. argued that, while condemning settlements, the resolutuion would negatively affect the peace process.

Israel got the message, and today, the number of settlers has almost tripled compared to the beginning of the peace process.

Does that mean that the two-state solution is impossible? No. It means that it is more difficult to achieve.

Working for the two-state solution involves acting against its main obstacle - the Israeli occupation - to prevent any attempt at normalizing the presence of settlements. It means, furthermore, that settlements must be turned into a burden for Israel and its supporters.

A large percentage of settlers live in occupied Palestine thanks to the economic incentives they receive, including benefits from international agreements signed with Israel, and the support of several organizations working freely in Western countries, such as the Jewish National Fund

That is why the decision of the European Union Court of Justice regarding the labeling of Israeli settlement products is an important step. It reiterates the international obligation of differentiation between Israel and the territory it occupies, as laid out in UN Security Council resolution 2334.

Foodstuffs originating in the territories occupied by #Israel must bear the indication of their territory of origin, accompanied, where those foodstuffs come from an Israeli settlement within that territory, by the indication of that provenance https://t.co/BXuldkaxWx

— EU Court of Justice (@EUCourtPress) November 12, 2019

Still, we believe that settlement products shouldn't just be labelled, but banned.

There is nothing ethical in trading in products made with stolen natural resources on stolen land.

That is why we cannot understand why the UN High Commissioner for Human Rights, Michelle Bachelet, still hasn't fulfilled the mandate given to her by the UN Human Rights Council in Resolution 31/36 - to publish the long-overdue list of companies involved with the Israeli occupation.

 

 

 

The Palestinian leadership has done its best to find legal, diplomatic, and political venues to protect, advance, and fulfill our inalienable rights. Our efforts included the protection of our heritage sites through UNESCO, and membership of the International Criminal Court. 

But despite the abundant evidence of Israeli crimes and violations, it has been undoubtedly disappointing to see certain governments putting pressure on the court and other international venues to avoid taking action.

The images that came out over the past few days, including the assassination of Omar Badawi in the Al Arroub Refugee camp and the killing of dozens of people in less than 48 hours in besieged Gaza, such as the al-Sawarki family, can also be understood in the context of a general impunity granted to Israel.

 

Pour éviter les condamnations internationales, Israël a cyniquement utilisé son implication dans le processus de paix pour empêcher l’application des résolutions des Nations Unies. En 1997, l'administration Clinton a opposé son veto à une résolution du Conseil de sécurité condamnant la construction par Israël de la colonie illégale de Har Homa, sur la terre de Jabal Abu Ghneim à Beit Sahour. Les états-unis ont fait valoir qu’en condamnant les colonies, cette résolution aurait un effet négatif sur le processus de paix.

 

Israël a compris le message et aujourd'hui, le nombre de colons a presque triplé par rapport au début du processus de paix.

 

Cela signifie-t-il que la solution à deux États est impossible ? Non. Cela signifie qu'elle est plus difficile à réaliser.

 

Œuvrer en faveur de la solution à deux États implique d'agir contre son principal obstacle - l'occupation israélienne - pour empêcher toute tentative de normalisation de la présence des colonies. Cela signifie, en outre, que les colonies de peuplement doivent devenir un fardeau pour israël et ses partisans.

Un grand pourcentage de colons vivent en Palestine occupée grâce aux incitations économiques qu'ils reçoivent, y compris les avantages des accords internationaux signés avec Israël, et le soutien de plusieurs organisations travaillant librement dans les pays occidentaux, comme le Jewish National Fund.

 

C'est pourquoi la décision de la Cour de justice de l'Union européenne concernant l'étiquetage des produits des colonies israéliennes est une étape importante. Elle rappelle l'obligation internationale de différenciation entre israël et le territoire qu'il occupe, telle qu'énoncée dans la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les denrées alimentaires originaires des territoires occupés par Israël doivent porter l'indication de leur territoire d'origine, accompagnée, lorsque ces denrées alimentaires proviennent d'une colonie israélienne sur ce territoire, de l'indication de cette provenance https://t.co/BXuldkaxWx

- Cour de justice de l'UE (@EUCourtPress) 12 novembre 2019

Néanmoins, nous sommes d’avis que les produits des colonies ne devraient pas seulement être étiquetés, mais interdits.

 

Il n'y a rien d'éthique dans le commerce de produits fabriqués à partir de ressources naturelles volées sur des terres volées.

 

C'est pourquoi nous ne comprenons pas pourquoi la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, n'a toujours pas rempli le mandat que lui a confié le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies dans sa résolution 31/36 - publier la liste tant attendue des entreprises impliquées dans l'occupation israélienne.

(Cf. La question de la Palestine sur le site du conseil des droits de l’homme de l’ONU)

 

Les dirigeants palestiniens ont fait de leur mieux pour trouver des moyens juridiques, diplomatiques et politiques afin de protéger, de faire progresser et de satisfaire nos droits inaliénables. Nos efforts ont porté notamment sur la protection de nos sites, de notre patrimoine par l'intermédiaire de l'UNESCO et l'adhésion à la Cour Pénale Internationale.

Mais malgré l'abondance de preuves des crimes et violations israéliens, il a été évidemment décevant de voir certains gouvernements faire pression sur le tribunal et d'autres instances internationales pour éviter qu'ils n'agissent.

 

Les images qui ont été diffusées ces derniers jours, notamment l'assassinat d'Omar Badawi dans le camp de réfugiés d'Al Arroub et le meurtre de dizaines de personnes en moins de 48 heures à Gaza assiégée, comme la famille Al-Sawarki, peuvent également être comprises dans le contexte d'une impunité absolue accordée à israël.

 

Une femme brandit un drapeau palestinien

 A woman waves a Palestinian flag during a protest calling for lifting the Israeli blockade on Gaza at the Israel-Gaza border fence east of Gaza City. September 28, 2018 MOHAMMED SALEM/ REUTERS

 

Une femme brandit un drapeau palestinien lors d’une manifestation appelant à lever le blocus israélien sur Gaza à la frontière entre Israël et Gaza à l’est de la ville de Gaza. 28 septembre 2018 MOHAMMED SALEM / REUTERS

 

How can any government claim to support the two-state solution if they are not willing to enact the available and legitimate accountability mechanisms to end Israel's occupation?

 

There are voices in the international community who prefer to criticize our approaches to international forums, rather than addressing the real issue. The real issue isn't whether we Palestinians seek justice at the UN, but a widespread lack of political will to implement its resolutions and charter.

Despite the pressures from certain parties, we will continue making use of international forums, including Item 7 of the UN Human Rights Council, not only because it is our right, but also because we are confident that, sooner rather than later, they will deliver results.

There can be no meaningful peace process that normalizes war crimes and violations. As we mark 31 years since that declaration of the State of Palestine's independence, on just 22 percent of our historic homeland, we remain committed to establishing strong international alliances to support the goal of peacemaking in the Middle East, including the Arab Peace Initiative.

As we move forward, we will continue to expend every possible effort towards the fulfillment of the most fundamental requirement of the two-state solution: the end of Israel's occupation of our land and people. 

Dr. Saeb Erekat is the Secretary General of the PLO and Chief Palestinian negotiator.

 Twitter: @ErakatSaeb

Saeb Erekat 

Saeb Erekat

 

Comment un gouvernement, quel qu’il soit, peut-il prétendre soutenir la solution des deux États s'il n'est pas disposé à demander des comptes via les mécanismes disponibles et légitimes pour mettre fin à l'occupation israélienne ?

Il y a des voix au sein de la communauté internationale qui préfèrent critiquer notre stratégie lors des assemblées internationales plutôt que de s'attaquer au vrai problème. La vraie question n'est pas de savoir si nous, Palestiniens, cherchons à obtenir justice à l'ONU, mais de contrer le manque très répandu de volonté politique d'appliquer ses résolutions et sa charte.

Malgré les pressions exercées par certaines parties, nous continuerons de recourir aux instances internationales, dont le point 7 du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, non seulement parce que c'est notre droit, mais aussi parce que nous sommes convaincus qu’à brève échéance, elles produiront des résultats.

 

Il ne peut y avoir aucun véritable processus de paix qui normalise les crimes de guerre et les violations (du droit international, NdTalus). Alors que nous commémorons le 31ème anniversaire de la déclaration d'indépendance de l'État de Palestine, sur seulement 22 % de notre patrie historique, nous demeurons déterminés à établir de solides alliances internationales pour appuyer l'objectif d’émergence de la paix au Moyen-Orient, à l’instar de l'Initiative de Paix Arabe.

 

Au fur et à mesure que nous avancerons, nous continuerons à mettre en œuvre tous les efforts possibles pour la réalisation de l’exigence fondamentale de la solution à deux États : la fin de l'occupation par israël de notre terre et de notre peuple.

 

Dr. Saeb Erekat est le Secrétaire général de l'OLP et négociateur en chef palestinien. Twitter : @ErakatSaeb

 

Saeb Erekat

 

 

Le § :

Il n'y a rien d'éthique dans le commerce de produits fabriqués à partir de ressources naturelles volées sur des terres volées.

a été graissé par le Talus.

 

Voilà, cette annexe est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

Carte Talus

ou https://www.letalus.org

ou encore, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenu·e au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner via le flux RSS Icône RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner.

Précision : l’abonnement rss nécessite un greffon / une extension / un plugin dans votre navigateur, par exemple Feedbro pour Firefox, RSS Feed Reader pour Chromium / Chrome... 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0