Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > CPI : La Cour Pénale Internationale va enquêter...

CPI : La Cour Pénale Internationale va enquêter...

mercredi 15 janvier 2020, par Talus

Page de garde

Téléchargements :

La Cour Pénale Internationale va enquêter...
La Cour Pénale Internationale va enquêter...

 

 

 

 

 

CPI : La Cour Pénale Internationale va enquêter... La CPI va enquêter sur les crimes de guerre présumés israéliens & palestiniens

Annexe au Talus

ICC to investigate alleged Israeli and Palestinian war crimes

Israeli PM Benjamin Netanyahu hits out at ‘baseless and scandalous decision’

Source : The Guardian du 20 décembre.

La CPI va enquêter sur les crimes de guerre présumés israéliens & palestiniens

Le premier ministre israélien benjamin netanyahu dénonce une " décision scandaleuse & sans fondement ".

 

Manifestantes devant la Cour Pénale Internationale à La Haye

Demonstrators outside the international criminal court in The Hague in November call for the Israeli army to be prosecuted for war crimes.

Photograph: Peter de Jong/AP

Manifestantes devant la Cour Pénale Internationale à La Haye en novembre réclamant que l’armée israélienne soit poursuivie pour crimes de guerre.

La déclaration de la Procureure de la CPI, Fatou Bensouda est ICI (en français).

 

There is sufficient evidence to investigate alleged Israeli and Palestinian war crimes committed in the West Bank, East Jerusalem and the Gaza Strip, the international criminal court has announced.

 

In a landmark decision, the ICC said it saw “no substantial reasons to believe that an investigation would not serve the interests of justice”.

 

The announcement ended years of preliminary investigations into alleged crimes by both Israeli forces and Palestinians, and signalled that the court was preparing to open a formal investigation.

 

A statement published by the court’s chief prosecutor, Fatou Bensouda, on the court’s website on Friday said her office “has concluded with the determination that all the statutory criteria under the Rome statute for the opening of an investigation have been met”.

 

“In brief, I am satisfied that war crimes have been or are being committed in the West Bank, including East Jerusalem, and the Gaza Strip”.

 

Bensouda’s statement followed a legal opinion published earlier on Friday by Israel’s attorney general, Avichai Mandelblit, arguing that the court had no jurisdiction in the West Bank or in Gaza – apparently intended to pre-empt an imminent decision.

 

Despite the unprecedented statement by the court, which had been initially petitioned by the Palestinian Authority, Bensouda added that she had referred the question back to the court to “confirm” the court’s jurisdiction over the occupied Palestinian territories.

 

“I have sought confirmation that the ‘territory’ over which the court may exercise its jurisdiction, and which I may subject to investigation, comprises the West Bank, including East Jerusalem, and Gaza,” she said.

 

“Such determination is made strictly for the purposes of determining the court’s ability to exercise its jurisdiction and the scope of such jurisdiction under the statute,” Bensouda added.

 

The ruling was immediately condemned by the Israeli prime minister, Benjamin Netanyahu, who described it as a “black day for truth and justice” and a “baseless and scandalous decision”.

 

The Palestinian Authority, however, welcomed it in a statement demanding proceedings go forward without further delays.

 

“After nearly five years of preliminary examination, the Palestinian people who seek redress in this court expect actions congruent with the urgency and gravity of the situation in Palestine and they rightly demand that these steps are taken without delay.”

 

The full ruling by the court details the “reasonable basis to believe that war crimes were committed in at least three incidents during the 2014 Gaza war” by members of the Israel Defence Forces (IDF), including “intentionally launching disproportionate attacks”.

 

More widely, the ruling argued that the court believed there was a reasonable basis to believe that Israel had “committed war crimes … in relation to the transfer of Israeli civilians into the West Bank since 13 June 2014.”

 

It added that the scope of any formal proceedings might be expanded to include “an investigation into crimes allegedly committed in relation to the use by members of the IDF of non-lethal and lethal means against persons participating in demonstrations beginning in March 2018.

 

The investigation also identified evidence to support claims of war crimes against Palestinian armed groups, including Hamas.

 

“In addition, there is a reasonable basis to believe that members of Hamas and Palestinian armed groups committed the war crimes [including] intentionally directing attacks against civilians and civilian objects and using protected persons as shields; wilfully depriving protected persons of the rights of fair and regular trial and wilful killing or torture and/or inhuman treatment and/or outrages upon personal dignity.”

 

 

The question of jurisdiction is likely to be fiercely contested. Under the Rome statute that established the court, it can hear cases only if one of the parties is a signatory. While Israel, like the US, is not a party to the convention, the court accepted Palestinian membership in 2015.

 

While the prosecutor’s office has argued that its “primary position” is that Palestine is a state for the purposes of the treaty that established it, in his legal opinion on Friday Mandelblit argued that because Palestine was not a sovereign state the court had no jurisdiction.

 

“The claim that the Palestinians have purported to join the Rome statute does not meet, nor can it replace, the substantive test requiring criminal jurisdiction to have been delegated to the court by a sovereign state with a defined territory,” he said.

 

A full ICC investigation could lead to possible charges being brought against individuals. States cannot be charged by the ICC.

 

The nearly five-year preliminary investigation has looked at the 2014 war, which left 2,251 dead on the Palestinian side, the majority of whom were civilians, and 74 on the Israeli side, most of them soldiers.

 

It has also looked at violence near the Israel-Gaza border in 2018.

 

Earlier this month, the ICC prosecutor refused to press charges over a deadly 2010 Israeli raid on a flotilla bringing aid to Gaza, and urged that investigation to be shut.

 

Nine Turkish citizens died in May 2010 when Israeli marines stormed the Mavi Marmara, which was among eight ships trying to break a naval blockade of the Gaza Strip. One more died in hospital in 2014

 

La Cour Pénale Internationale a annoncé qu'il existe des preuves suffisantes pour justifier une enquête sur les crimes de guerre israéliens & palestiniens qui auraient été commis en Cisjordanie, à Jérusalem-Est & dans la bande de Gaza.

 

Dans une décision qui fait date, la CPI a déclaré qu'elle ne voyait " aucune raison sérieuse de penser qu'une enquête ne servirait pas les intérêts de la justice ".

 

Cette annonce met fin à des années d'enquêtes préliminaires sur des crimes présumés commis tant par les forces israéliennes que par les Palestiniens & indique que la Cour se prépare à ouvrir une enquête officielle.

 

La déclaration publiée vendredi (20 décembre) par la procureure générale de la Cour, Fatou Bensouda, sur le site Internet de la Cour, indique que son bureau " a conclu que tous les critères statutaires prévus par le Statut de Rome pour l'ouverture d'une enquête sont réunis ".

 

 

" En bref, je suis convaincue que des crimes de guerre ont été ou sont en train d'être commis en Cisjordanie ainsi qu’à Jérusalem-Est & dans la bande de Gaza ".

 

La déclaration de Bensouda fait suite à un avis juridique publié le vendredi précédent par le procureur général d'israël, avichai mandelblit, qui soutenait que le tribunal n'était pas compétent en Cisjordanie ou à Gaza - apparemment dans le but d’anticiper une décision imminente.

 

 

Malgré la déclaration sans précédent de la cour, qui avait été initialement demandée par l'Autorité Palestinienne, Mme Bensouda a ajouté qu'elle en avait référé à la cour pour " confirmer " sa compétence juridique sur les territoires palestiniens occupés.

 

 

" J'ai sollicité la confirmation que le " territoire " sur lequel le tribunal peut exercer sa juridiction, & sur lequel je pourrais enquêter comprend la Cisjordanie ainsi que Jérusalem-Est & Gaza ", a-t-elle déclaré.

 

 

" Cette demande n’est faite que dans le but de déterminer la capacité de la cour à exercer sa compétence & l'étendue de cette compétence en vertu du statut ", a ajouté Mme Bensouda.

 

La décision a été immédiatement condamnée par le premier ministre israélien, benjamin nétanyahou, qui l'a qualifiée de " jour noir pour la vérité & la justice " & de " décision sans fondement & scandaleuse ".

 

 

L'Autorité palestinienne s'en est toutefois réjouie dans une déclaration demandant que les procédures se poursuivent sans plus tarder.

 

" Après près de cinq ans d'enquête préliminaire, le peuple palestinien qui demande réparation devant ce tribunal attend des actions en accord avec l'urgence & la gravité de la situation en Palestine & il exige à juste titre que les étapes suivantes soient  abordées sans délai ".

 

 

La décision complète de la Cour détaille les " motifs raisonnables de croire que des crimes de guerre ont été commis dans au moins trois incidents au cours de la guerre de Gaza de 2014 " par des membres des forces de défense israéliennes (FDI), y compris " le lancement intentionnel d'attaques disproportionnées ".

 

Plus largement, la décision a fait valoir que la Cour estimait qu'il y avait une base raisonnable pour croire qu'israël avait " commis des crimes de guerre ... en relation avec le transfert de civils israéliens en Cisjordanie depuis le 13 juin 2014 ".

 

 

Elle a ajouté que la portée de toute procédure officielle pourrait être élargie pour inclure " une enquête sur les crimes qui auraient été commis en relation avec l'utilisation par des membres des FDI de moyens non létaux & létaux contre des personnes participant à des manifestations à partir de mars 2018 ".

 

 

L'enquête a également permis d'identifier des éléments de preuve à l'appui des accusations de crimes de guerre par des groupes armés palestiniens, dont le Hamas.

 

" En outre, il y a des motifs raisonnables de croire que des membres du Hamas & de groupes armés palestiniens ont commis des crimes de guerre [notamment] en prenant intentionnellement pour cibles des civils & des biens civils & en utilisant des personnes protégées comme boucliers ; en privant délibérément des personnes protégées de leur droit à un procès équitable & régulier & en les tuant ou en les torturant délibérément et/ou en leur infligeant des traitements inhumains et/ou des atteintes à leur dignité personnelle ".

 

La question de la compétence risque d'être âprement contestée. En vertu du statut de Rome qui a créé la Cour, celle-ci ne peut connaître des affaires que si l'une des parties est signataire. Alors qu'israël, comme les états-unis, n’ont pas adhéré à la convention, la cour a accepté l'adhésion des Palestiniens en 2015.

 

Alors que le bureau de la procureure a fait valoir que sa " position première " est que la Palestine est un État aux termes du traité qui l'a établie, dans son avis juridique de vendredi (le 13 décembre, NdTalus) mandelblit a argué du fait que, la Palestine n'étant pas un État souverain, la cour n'avait pas compétence.

 

" L'affirmation selon laquelle les Palestiniens ont prétendu adhérer au statut de Rome ne répond pas, ni ne peut remplacer, le critère de fond exigeant que la compétence pénale ait été déléguée à la cour par un État souverain ayant un territoire défini ", a-t-il dit.

 

Une enquête complète de la CPI pourrait déboucher sur des accusations éventuelles à l'encontre de particuliers. Les États ne peuvent pas être inculpés par la CPI.

 

L'enquête préliminaire, qui a duré près de cinq ans, a porté sur la guerre de 2014, qui a fait 2 251 morts du côté palestinien, dont la majorité étaient des civils, & 74 du côté israélien, pour la plupart des militaires.

 

Elle s'est également penchée sur les violences commises près de la frontière entre israël & Gaza en 2018.

 

Auparavant, ce mois-ci (décembre 2019, NdTalus), la procureure de la CPI a refusé d’engager des poursuites pour un raid israélien meurtrier de 2010 sur une flottille apportant de l'aide à Gaza, & a demandé que l'enquête soit close.

Neuf citoyens turcs sont morts en mai 2010 lorsque des marines israéliens ont pris d'assaut le Mavi Marmara, qui faisait partie des huit navires qui tentaient de briser le blocus naval de la bande de Gaza. Un autre est mort à l'hôpital en 2014

 

À propos des opérations contre la flottille pour Gaza, voir ICI.

Voir aussi l’article du monde (en accès libre).

 

Le blocus par israël de la Bande de Gaza est toujours en cours depuis 2007 : les mots magiques (terrorisme, légitime défense…) le justifient amplement.

 

Début janvier 2020, en réponse à un courrier de netanyahou, la hongrie dit s’opposer à une enquête de la CPI concernant israël.

Une réaction qui permet de constater

- d’une part, que d’un totalitarisme à l’autre, la distance n’est pas si grande que l’antisémitisme pourrait le laisser penser.

- d’autre part, que certains se sentent suffisamment en dehors des clous pour crier au loup quand une simple enquête se profile… (& pas en dehors des loups pour crier au clou, mélangez pas !)

Il reste donc à venir la confirmation de la cour, en principe dans les 120 jours à partir de la demande de la procureure, soit vers le 20 avril 2020.

Cette édition est la première partie d’un dossier sur ce sujet je publierai les autres dès que possible, au fur & à mesure de leur traduction.

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

Carte Talus

ou https://www.letalus.org

ou encore, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenu·e au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner via le flux RSS Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner.

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0