La Fin du Gouvernement Bennett-Lapid, Pas la Fin du Monde

Maquette Annexe
Carte Annexes

Téléchargement

Logo pdfLogo epub 



The End of Bennett-Lapid Government, Not the End of the World

 

La Fin du Gouvernement Bennett-Lapid, Pas la Fin du Monde

 

Source : Haaretz

Gideon Levy le 7 avril 2022 4:12

 

bennet, lapid, ganz

Bennet, Lapid and Gantz at the Israeli parliament, Jerusalem, on February 28, 2022Credit: Ohad Zwigenberg

bennet, lapid & gantz au parlement israélien, Jérusalem, le 28 février 2022. Photo : Ohad Zwigenberg

 

The possibility that the Bennett-Lapid government will fall is not the end of the world. Don’t start with the sighs of despair, pathos and melodrama. This does not spell "the end of Israeli democracy," which may not have even existed to begin with; nor is it the end of the "change government," which implemented very few changes besides the establishment of a field hospital in Ukraine and lowering the excise tax on gasoline by half a shekel; nor is it the "return of the Devil," who has yet to return and was never really the Devil to begin with; nor does it mark the "destruction of the rule of law," which never existed in the first place.

 

 

 

Enough already of the cries for him to “Go!” He went, nothing changed, and therefore he may return. Once again, one right-wing government will be replaced with another, and the differences will remain as they were: minuscule.

 

Yes, it’s nicer without Miri Regev, and no one misses Shlomo Karhi either. Naftali Bennett tried his best, and he certainly was not the far right leader that he threatened to be, and perhaps there even was a more businesslike spirit in the corridors of government. Several ministers surpassed their predecessors in their comportment, and the levels of embarrassment and disgust declined, as did the crudeness and ignorance –  without disappearing completely.

One thing that certainly did not disappear is the occupation, which neither the previous or current government showed any interest in. On this, they were incredibly similar. It took less than a year to make plain that on fateful issues, there is no real difference between right, center, and Zionist left. 

Israel is the same country under Benjamin Netanyahu as it is under Bennett. And it would be the same under Yair Lapid: brutal and abusive in its backyard, while outwardly presenting itself as the only democracy in the Middle East, high-tech nation.

The next prime minister will likely be Netanyahu or Lapid. Nothing can convince me that the latter option is preferable. Why? How so? Netanyahu put together the Abraham Accords, which Bennett and Lapid reaped the fruits of and didn't mess up – though they did their absolute best to avoid the most important topic. Bennett and Benny Gantz did not take a lighter approach to the occupation; and Netanyahu also knew how to maintain relative restraint.

 

La chute possible du gouvernement Bennett-Lapid n'est pas la fin du monde. Ne commencez pas à pousser des soupirs de désespoir ni à jouer le pathos & le mélodrame.

Ça ne signifie pas " la fin de la démocratie israélienne ", qui n'a peut-être même pas commencé à exister.

Ce n'est pas non plus la fin du " gouvernement du changement ", qui a mis en œuvre très peu de changements à part la création d'un hôpital de campagne en Ukraine & la réduction de la taxe sur la consommation de l'essence d'un demi-shekel (environ 14 centimes d’euro, NdTalus).

Ce n'est pas non plus le " retour du diable ", qui n'est pas encore revenu & qui n'a jamais vraiment été le diable.

Ce n'est pas non plus la " destruction de l'État de droit ", qui n'a jamais existé auparavant.

 

Il y a déjà eu assez de cris pour " qu'il parte " ! Il est parti, rien n'a changé, il peut donc revenir. Une fois de plus, un gouvernement de droite sera remplacé par un autre & les différences resteront ce qu'elles étaient : minuscules.

 

Oui, c'est plus agréable sans Miri Regev & Shlomo Karhi (cible du lien en anglais, NdTalus) ne manque à personne non plus. Naftali Bennett a fait de son mieux, il n'était certainement pas le leader d'extrême droite qu'il menaçait d'être & peut-être même y avait-il un esprit plus professionnel dans les couloirs du gouvernement. Plusieurs ministres se sont mieux comportés que leurs prédécesseurs, les niveaux de honte & de dégoût ont diminué, tout comme la grossièreté & l'ignorance - sans disparaître complètement.

Quelque chose qui n'a certainement pas disparu est l'occupation, dont ni le gouvernement précédent ni le gouvernement actuel ne se sont soucié. Sur ce point, ils étaient incroyablement similaires. Il a fallu moins d'un an pour mettre en évidence que sur des questions décisives, il n'y a pas de réelle différence entre la droite, le centre & la gauche sioniste.

israël est le même pays sous benjamin nétanyahou que sous bennett, & il serait le même sous yair lapid : brutal & agressif dans son arrière-cour, tout en se présentant extérieurement comme la seule démocratie du Moyen-Orient, la nation " haute technologie ".

 

Le prochain Premier ministre sera probablement Netanyahou ou Lapid & rien ne peut me convaincre que la seconde option est préférable. Pourquoi ? Comment ça ?

Netanyahou a mis en place les Accords d'Abraham, dont Bennett & Lapid ont récolté les fruits & qu'ils n'ont pas gâchés - bien qu'ils aient fait de leur mieux pour éviter le sujet le plus important. Bennett & Benny Gantz n'ont pas choisi d’alléger l'occupation & Netanyahou a également su faire preuve d'une relative retenue.

 

 

À lire également :

 

 

Blood was spilled to a similar degree, and settler violence, land seizure and daily abuses continued unabated. The most advanced electronic microscope couldn’t spot the differences. Gantz spoke with Mahmoud Abbas, and Lapid engaged in friendly banter with Sheikh Abdullah bin Zayed on camera. So what? At the checkpoints, people carrying knives were still being shot dead, and in the fields, settlers attacked innocent farmers with unbelievable sadism and viciousness without being punished.

 

 

The scariest thing about the government’s possible fall is that the big protest movement could return. Please, not Balfour again. The last thing I want to see is a return of this loud and hollow protest that has nothing to offer aside from “anyone but X.” It’s tempting to say that the chance of Netanyahu’s return is only troubling because of the possible return of the anti-Bibi protest.

 

If the polls are correct in showing that he is the preferred candidate of most Israelis, and his party is the largest by a large margin, then his return would be justified. Whoever considers this a disaster must understand the real disaster – that Netanyahu's opposition was unable to present a formidable alternative to him or his ideology. Its few months in power proved that it has nothing else to offer.

 

The change that was and is necessary is big – but the change made was small, and therefore, it will fall over something just as small: Pitas in hospitals. Though unlikely, perhaps the government will manage to avert its fall – and if not, it won't be a massive disaster. Nor will it spell salvation, as the right believes. The change will amount to a mere footnote: Pretoria is changing its government.

 

Le sang a continué à couler de la même manière, la violence des colons, la saisie des terres & les abus quotidiens se sont poursuivis sans discontinuer. Le microscope électronique le plus perfectionné ne révélerait pas de différences. Gantz a parlé avec Mahmoud Abbas, & Lapid a engagé un badinage amical avec le Cheikh Abdullah bin Zayed devant les caméras. & alors ?

Aux points de contrôle, des personnes portant des couteaux ont encore été abattues, & dans les champs, des colons ont attaqué des agriculteurs innocents avec un sadisme & une sauvagerie incroyables sans être inquiétés.

 

La chose la plus effrayante concernant la chute possible du gouvernement est le grand mouvement de protestation qui pourrait reparaître. S'il vous plaît, pas de nouveau Balfour. La dernière chose que je veuille voir est le retour de ces manifestations bruyantes & creuses qui n'ont rien à offrir hormis " n'importe qui sauf X ". Il est tentant de dire que la possibilité de retour de nétanyahou n'est gênante qu'en raison de la possibilité de nouvelles manifestations anti-bibi.

 

Si les sondages ne se trompent pas en montrant qu'il est le candidat préféré de la plupart des israéliens, & que son parti est largement majoritaire, alors son retour serait légitime. Quiconque considère cela comme un désastre doit comprendre le véritable désastre : l'opposition a été incapable de proposer une véritable alternative à nétanyahou ou son idéologie. Ses quelques mois au pouvoir ont prouvé qu'elle n'avait rien d'autre à offrir.

 

Le changement qui était & reste nécessaire est considérable mais le changement effectué était insignifiant & se réduira donc à quelque chose de tout aussi négligeable : des Pitas, (des miettes, NdTalus) pour les hôpitaux. Bien que ce soit improbable, le gouvernement parviendra peut-être à éviter sa chute & sinon, ce ne sera pas un énorme désastre. Ce ne sera pas non plus le salut, comme le croit la droite. Le changement se résumera à une simple note de bas de page : Prétoria change de gouvernement.

 

Vous pouvez constater que, comme en france (ou aux états-unis par exemple), l’étiquette " de gauche " trompeusement auto-attribuée ou délivrée par les média dominants ne recouvre ni l’humanisme ni la justice sociale... qui devraient faire partie de ses caractéristiques. Au point que certaines ou certains " de gauche " participent à des manifestations organisées par l’extrême droite policière ou que des " pacifistes " en appellent à la guerre. Cherchez l’erreur...

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

 

https://www.letalus.org

ou, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenues au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner (de préférence) via le flux RSS : Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner. N’oubliez pas d’ajouter l’adresse courriel du Talus à votre carnet d’adresses pour éviter le classement en indésirables de ses messages.

 

Le Talus est entièrement réalisé sous Linux (Mint 20.3 Cinnamon)  avec le système (libre) de publication pour l’Internet SPIP. Quand il y a lieu, les images sont éditées/modifiées avec GIMP (libre) (comme Tux, la mascotte Linux, avec un gilet jaune ci-dessous, par exemple)

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune