Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > La politique de netanyahu à l’égard de l’Iran s’est effondrée

La politique de netanyahu à l’égard de l’Iran s’est effondrée

samedi 12 octobre 2019, par Talus

Image1

Téléchargements :

Bauhaus1

 

 

 

Suite des réactions israéliennes à la décision du canard de retrait des troupes US de la frontière syro-turque :

Image3

Éditorial du 11 octobre 2019 :

La politique de netanyahu à l’égard de l’Iran s’est effondrée

source

Image4

Netanyahu stands in front of an F-35 plane during a discussion on regional threats, July 9, 2019. Credit : Amos Ben Gershom

netanyahu devant un F-35 lors d’une discussion sur les menaces régionales, le 9 juillet 2019. Photo : Amos Ben Gershom.

Netanyahu’s Iran Policy Has Collapse

 

Two strategic surprises have toppled Prime Minister Benjamin Netanyahu’s foreign affairs and defense policy, showing it to be hollow and disastrous.

 

The first surprise was the successful attack, attributed to Iran, on the Saudi oil fields. The response was an American shrug. The second surprise was U.S. President Donald Trump’s abandonment of the Kurds, thus enabling Turkey to set out to occupy a “security zone” in the Kurdish region in northern Syria.

 

Israel was surprised by the Iranians’ operative capability against Saudi Arabia and Netanyahu hastily asked for additional state funds to strengthen air defenses. Israel was no less surprised by the American retreat from northern Syria. According to Amos Harel and Amir Tibon’s report (Haaretz October 7), the last time Trump decided to take his forces out of Syria Israel had been notified 24 hours in advance. This time the White House made no effort to do even that.

 

Netanyahu built his foreign affairs and defense policy on two foundations: complete identification with Trump and escalating the conflict with Iran and its allies, with a series of attacks that have intensified in recent months, striking at a distance as far as Iraq. He believed, and marketed to the public, that Trump was attentive to his counsel and would take steps to bring down the Iranian regime. But to his great disappointment Trump broke off contact with him after the election and is brazenly acting to thaw relations with Iran. Netanyahu has no other allies in America, after effectively severing his ties with the Democratic Party.

 

Trump’s putting up with the attack on Saudi Arabia and leaving the Kurds high and dry are warning signs to Israel, that it cannot count on Netanyahu’s friend in the White House. Trump is striving to end his country’s military involvement in the Middle East and his policy is supported by the American public and political system. Netanyahu’s efforts to impede the change in the American approach and thwart the thaw with Iran are asking for trouble.

Netanyahu serves as defense minister as well. He is responsible for the strategic surprises, for Israel’s deficient preparation for the American turnabout and for dealing with Iran’s military capability. Here’s another vital reason to end his term of office.

 

La politique de netanyahu à l’égard de l’Iran s’est effondrée.

Deux surprises stratégiques ont renversé la politique des affaires étrangères et de la défense du Premier ministre Benjamin netanyahu, mettant en évidence son caractère creux et désastreux.

 

La première surprise a été l'attaque réussie, attribuée à l'Iran, des champs de pétrole saoudiens. La réponse fut un haussement d'épaules américain. La deuxième surprise a été l’abandon des Kurdes par le Président américain Donald Trump, permettant ainsi à la Turquie de se lancer dans l’occupation d’une " zone de sécurité " dans la région kurde du nord de la Syrie.

 

israël a été surpris de la capacité opérationnelle des Iraniens contre l’arabie saoudite et netanyahu a demandé à la hâte que l’État verse des fonds supplémentaires pour renforcer les défenses anti-aériennes. israël n'a pas été moins surpris par le retrait américain du nord de la Syrie. Selon le rapport d’Amos Harel et d’Amir Tibon (Haaretz du 7 octobre), la dernière fois que Trump a décidé de retirer ses forces de la Syrie, israël en avait été informé 24 heures à l’avance. Cette fois, la Maison Blanche n'a même pas fait cet effort.

 

 

netanyahu a construit sa politique étrangère et de la défense sur deux piliers : l'identification complète avec Trump et l'escalade du conflit avec l'Iran et ses alliés, avec une série d'attaques qui se sont intensifiées ces derniers mois, frappant des cibles aussi lointaines que l'Irak. Il a cru et a vendu au public que Trump était attentif à ses conseils et prendrait des mesures pour faire tomber le régime iranien. Mais à sa grande déception, Trump a rompu le contact avec lui après les élections et agit sans vergogne pour dégeler les relations avec l'Iran. netanyahu n’a aucun autre allié en Amérique, puisqu’il a effectivement rompu ses liens avec le parti démocrate.

 

 

 

Que Trump se désintéresse de l’attaque contre l’Arabie saoudite et abandonne les Kurdes sont des signaux d’alerte pour israël, montrant qu’il est impossible de compter sur l’ami de netanyahu à la Maison Blanche. Trump s’efforce de mettre fin à l’engagement militaire de son pays au Moyen-Orient et sa politique est soutenue par la population et les instances politiques américaines. Les efforts de Netanyahou pour empêcher le changement d’approche étasunien et contrecarrer le dégel avec l’Iran vont nous attirer des ennuis.

netanyahu est également ministre de la Défense. Il est en charge des questions stratégiques & responsable de la préparation insuffisante d’israël au retournement de la situation américaine et de la capacité militaire de l’Iran. Ce qui donne une autre raison vitale de mettre fin à son mandat.

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0