Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > Annexes > Le ministère israélien paie pour la propagande anti-BDS dans les grands (...)

Le ministère israélien paie pour la propagande anti-BDS dans les grands médias

mardi 28 janvier 2020, par Talus

Maquette Annexe

Carte Annexes

Téléchargement

Logo pdfLe ministère israélien paie pour la propagande anti-BDS dans les grands médias 

Israeli ministry paying for anti-BDS propaganda in major news outlets

The Strategic Affairs Ministry, which is leading the international campaign against BDS, is buying space in mainstream Israeli newspapers to promote its messages under the guise of published articles.

By Itamar Benzaquen and The Seventh Eye January 14, 2020

Source : +972 MAGAZINE

Le ministère israélien paie pour la propagande anti-BDS dans les grands médias

Le ministère des affaires stratégiques, qui mène la campagne internationale contre le BDS, achète de l'espace dans les grands journaux israéliens pour promouvoir ses messages sous forme d'articles publiés.

Par Itamar Benzaquen et The Seventh Eye 14 janvier 2020

Le ministre de la sécurité intérieure Gilad Erdan s'exprime lors d'une conférence de presse internationale

Minister of Interior Security Gilad Erdan speaks during an international press conference, Bnei Brak, February 3, 2019. (Flash90)

Le ministre de la sécurité intérieure Gilad Erdan s'exprime lors d'une conférence de presse internationale, Bnei Brak, 3 février 2019. (Flash90)

 

The Israeli government recently paid tens of thousands of shekels to the Jerusalem Post in order to publish a series of articles connecting the boycott, divestment, and sanctions movement (BDS) to anti-Semitism, according to the government’s own procurement department.

 

The articles were part of a “package” purchased by the Ministry of Strategic Affairs that included branding, advertising, a slot at a recent Jerusalem Post conference, and the articles themselves, which appeared in the run-up to the conference. The Jerusalem Post denied that the articles had been paid for.

The Strategic Affairs Ministry, headed by Likud minister Gilad Erdan, has for years been spearheading an international campaign to counter what it sees as “de-legitimization” of the State of Israel. This project has, in large part, involved providing funds and handing down directives to non-governmental organizations and journalists in order to enlist them in the fight against BDS.

The ministry prides itself on having created a “network” of domestic and international organizations to implement its policies. Believing that official government propaganda is ineffective, the ministry instead funnels its messaging via individuals and institutions who are perceived as unconnected to the state. The ministry has refused to release the list of entities belonging to this network, although some of them were revealed in a 2017 investigation by The Seventh Eye.

Leading the anti-BDS network is “Concert” (previously “Solomon’s Sling”), a company that is supposed to receive 128 million shekels in order to conduct “mass consciousness activities,” although the organization received far less due to fundraising difficulties.

 

Media outlets occupy the outer reaches of the network, receiving funds from the ministry in order to effectively provide PR services to the various organizations and individuals involved, including Strategic Affairs Ministry officials — chief among them Tzachi Gabrieli, the “campaign manager” who was appointed director-general of the ministry last year.

 

Le gouvernement israélien a récemment versé des dizaines de milliers de shekels (1 NIS ou ILS, nouveau shekel israélien équivaut à 0,26 € le 28 janvier 2020 soit environ 4 shekels pour 1 €) au Jerusalem Post afin de publier une série d'articles reliant le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) à l'antisémitisme, selon le propre service des achats du gouvernement.

Les articles faisaient partie d'un "paquet" acheté par le ministère des affaires stratégiques qui comprenait l'image de marque, la publicité, un créneau lors d'une récente conférence du Jerusalem Post, et les articles eux-mêmes, qui sont apparus dans la période précédant la conférence. Le Jerusalem Post a nié que les articles aient été payés.

Le ministère des affaires stratégiques, dirigé par le ministre du Likoud Gilad Erdan, mène depuis des années une campagne internationale pour contrer ce qu'il considère comme une "délégitimation" de l'État d'Israël. Ce projet a consisté, en grande partie, à fournir des fonds et à donner des directives aux organisations non gouvernementales et aux journalistes afin de les impliquer dans la lutte contre les BDS.

 

Le ministère s'enorgueillit d'avoir créé un "réseau" d'organisations nationales et internationales pour mettre en œuvre ses politiques. Estimant que la propagande officielle du gouvernement est inefficace, le ministère fait plutôt passer ses messages par des individus et des institutions qui sont perçus comme n'ayant aucun lien avec l'État. Le ministère a refusé de publier la liste des entités appartenant à ce réseau, bien que certaines d'entre elles aient été révélées dans le cadre d'une enquête menée en 2017 par The Seventh Eye.

 

Le réseau anti-BDS est dirigé par "Concert" (anciennement "Solomon's Sling"), une société qui est censée recevoir 128 millions de shekels afin de mener des "activités de conscience de masse", bien que l'organisation ait reçu beaucoup moins en raison de difficultés de collecte de fonds.

 

Les médias occupent la périphérie du réseau, recevant des fonds du ministère afin de fournir efficacement des services de relations publiques aux différentes organisations et personnes impliquées, y compris les fonctionnaires du ministère des affaires stratégiques, au premier rang desquels Tzachi Gabrieli, le "directeur de campagne" qui a été nommé directeur général du ministère l'année dernière.

 

Gilad Erdan, s'exprime lors de la conférence "Fighting the Boycott"

Minister of Public Security and Strategic Affairs, Gilad Erdan, speaks during the Yediot Ahronot newspaper’s “Fighting the Boycott” conference, discussing issues and ways to fight the BDS movement, at the Jerusalem Convention Center, on March 28, 2016. (Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de la sécurité publique et des affaires stratégiques, Gilad Erdan, s'exprime lors de la conférence "Fighting the Boycott" (combattre le boycott) du journal Yediot Ahronot, qui traite des questions et des moyens de lutter contre le mouvement BDS, au Centre de convention de Jérusalem, le 28 mars 2016. (Hadas Parush/Flash90)

 

The ministry’s campaign to purchase space in newspapers began in summer 2017. The Jerusalem Post was one of the first media outlets to be involved, along with the Keshet broadcasting company and the Yedioth Ahronoth group. At the time, the Israeli government paid about NIS 120,000 to place articles in the Jerusalem Post — a relatively small chunk of the campaign’s roughly 7 million shekel budget.

According to a Finance Ministry document, the government’s latest arrangement with the Jerusalem Post is supposed to include paid content that will reflect the Strategic Affairs Ministry’s messaging. The ministry paid around NIS 70,000 to “sponsor” the Jerusalem Post Diplomatic Conference that took place on November 21. The fee was intended to provide the ministry with a “30-minute panel on the fight against the boycott movement,” including “a screening of a film produced by the ministry exposing the narrative about BDS and anti-Semitism” and an exhibition.

Karin Peretz, who heads the Strategic Affairs Ministry’s “public arena” arm, wrote on the Finance Ministry document that the payment was also intended to promote the ministry’s “sponsored content” and to get it viewed by as many people as possible—both through broadcasting the Jerusalem Post conference panel and by making sure it was widely reported on. The Jerusalem Post, in its own report on the panel, omitted the source of the panel’s funding.

In the weeks leading up to the conference, the Jerusalem Post published numerous articles and opinion pieces on the “links between BDS and anti-Semitism.” In one op-ed, based on a report by the Strategic Affairs Ministry, American-Jewish philanthropist Adam Milstein declared BDS the “new face of the old anti-Semitism.”

The ministry’s messaging has also popped up in a string of Jerusalem Post news reports over the past few months, although the paper denies that the articles were paid for.

“All the articles you sent us are interesting pieces on topics that the paper covers regularly, and were written by reporters and regular opinion contributors,” the Jerusalem Post said in a response to The Seventh Eye. “BDS is one of the central challenges faced by the Jewish world today, so naturally it is an important topic for the Jerusalem Post, the central newspaper for the Jewish diaspora. As a rule, the paper specifies when articles are sponsored.”

A spokesperson for the Strategic Affairs Ministry initially declined to respond when asked to explain the discrepancy between the Jerusalem Post’s version of events and that of Peretz as one of the ministry’s own officials. However, after the original version of this article was published (in Hebrew), the ministry spokesperson told The Seventh Eye that “the relationship with the Jerusalem Post does not include a series of articles. There was an error in the statement [by Peretz] published on the [government procurement] website.”

This article was first published in Hebrew on The Seventh Eye. Read it here

 

 

La campagne du ministère pour l'achat d'espace dans les journaux a débuté à l'été 2017. Le Jerusalem Post a été l'un des premiers médias à être impliqué, avec la société de radiodiffusion Keshet et le groupe Yedioth Ahronoth. À l'époque, le gouvernement israélien a payé environ 120 000 NIS (31 475.82 €) pour placer des articles dans le Jerusalem Post - une part relativement faible du budget d'environ 7 millions de shekels (1 836 089.35 €) de la campagne.

Selon un document du ministère des finances, le dernier accord du gouvernement avec le Jerusalem Post est censé inclure un contenu payant qui reflétera le message du ministère des affaires stratégiques. Le ministère a payé environ 70 000 NIS (18 360.89 €) pour "sponsoriser" la conférence diplomatique du Jerusalem Post qui a eu lieu le 21 novembre. Cette somme devait permettre au ministère de disposer d'un "panel de 30 minutes sur la lutte contre le mouvement de boycott", comprenant "la projection d'un film produit par le ministère exposant le récit sur le BDS et l'antisémitisme" et une exposition.

 

Karin Peretz, qui dirige la branche "arène publique" du ministère des affaires stratégiques, a écrit sur le document du ministère des finances que le paiement était également destiné à promouvoir le "contenu sponsorisé" du ministère et à le faire voir par le plus grand nombre de personnes possible - à la fois en diffusant le panel de la conférence du Jerusalem Post et en veillant à ce qu'il soit largement diffusé. Le Jerusalem Post, dans son propre rapport sur le panel, a omis la source de financement du panel.

 

Dans les semaines qui ont précédé la conférence, le Jerusalem Post a publié de nombreux articles et articles d'opinion sur les "liens entre le BDS et l'antisémitisme". Dans un éditorial, basé sur un rapport du ministère des Affaires stratégiques, le philanthrope juif américain Adam Milstein a déclaré que le BDS était "le nouveau visage de l'ancien antisémitisme".

Le message du ministère a également été repris dans une série de reportages du Jerusalem Post au cours des derniers mois, bien que le journal nie que les articles aient été payés.

"Tous les articles que vous nous avez envoyés sont des articles intéressants sur des sujets que le journal couvre régulièrement, et ont été écrits par des journalistes et des contributeurs d'opinion réguliers", a déclaré le Jerusalem Post dans une réponse au Seventh Eye. "Le BDS est l'un des principaux défis auxquels le monde juif est confronté aujourd'hui, c'est donc naturellement un sujet important pour le Jerusalem Post, le journal central de la diaspora juive. En règle générale, le journal précise quand les articles sont sponsorisés".

Un porte-parole du ministère des affaires stratégiques a d'abord refusé de répondre lorsqu'on lui a demandé d'expliquer la divergence entre la version des événements du Jerusalem Post et celle de Peretz, l'un des propres fonctionnaires du ministère. Cependant, après la publication de la version originale de cet article (en hébreu), le porte-parole du ministère a déclaré au Seventh Eye que "la relation avec le Jerusalem Post ne comprend pas une série d'articles. Il y a eu une erreur dans la déclaration [de Peretz] publiée sur le site web [des marchés publics]".

 

Cet article a été publié pour la première fois en hébreu sur le site The Seventh Eye. À lire ici.

 

Rigolo, n’est-il pas ?

 

 

Voilà, cette annexe au Talus est terminée, merci de l’avoir lue & de diffuser l’adresse du site :

Carte Talus

ou https://www.letalus.org

ou encore, plus simplement : letalus.org

 

… si vous en voyez l’intérêt.

 

Si vous souhaitez être tenue au courant des parutions du Talus, vous pouvez vous abonner (de préférence) via le flux RSS : Logo RSS ou envoyer un mèl à abonnements@letalus.org en précisant si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner. N’oubliez pas d’ajouter l’adresse courriel du Talus à votre carnet d’adresses pour éviter le classement en indésirables de ses messages.

Précision : l’abonnement RSS nécessite un greffon / une extension / un plugin dans votre navigateur, par exemple Feedbro pour Firefox, RSS Feed Reader pour Chromium / Chrome…

Avantages :

  1. à la différence des mèls, ça risque pas d’atterrir dans les pourriels, indésirables, spams…

  2. c’est anonyme.

  3. vous arrêtez ou reprenez l’abonnement instantanément, dès que vous le souhaitez.

Inconvénients :

  1. J’en vois pas, vous me les signalerez si vous en trouvez.

Le Talus est entièrement réalisé sous Linux (Mint 19.3 Cinnamon)  avec le système (libre) de publication pour l’Internet SPIP. Quand il y a lieu, les images sont éditées/modifiées avec GIMP (libre) (comme Tux, la mascotte Linux, avec un gilet jaune ci-dessous, par exemple)

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

pour nous rien, pour tous tout

 

Tux au gilet jaune

 

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0