Talus
Revue de pressqu’hebdomadaire

Accueil > La revue > Talus du 18 septembre 2019

Talus du 18 septembre 2019

jeudi 19 septembre 2019, par Talus

Image1

Téléchargements :

Bauhaus1

 

 

 

Bauhaus1

Connaissez-vous David Suter ? Un article en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux de  Là-bas si j’y suis

 

International

Palestine

Plus de 100 organisations appellent à la publication de la base de données de l’ONU sur les entreprises engagées dans des activités avec les colonies israéliennes.

Le retard [de cette publication] atteint plus de trois ans depuis que le Conseil aux Droits de l’Homme (HRC) a donné mandat de créer la base de données et plus de deux ans depuis la date initialement prévue pour sa publication en mars 2017. "

Encore heureux que l’illégalité n’empêche pas les profits, ce serait tellement dommage… ni d’ailleurs la répression meurtrière de la Marche du Retour :

En Direct de Gaza : Un jeune assassiné et 76 blessés dans la bande de Gaza-bilan provisoire- : Ce vendredi 30 août 2019 : Les crimes israéliens se poursuivent ! "

 

Gaza : l'armée israélienne abat deux adolescents palestiniens et bombarde l'enclave

 

Dans Diplo , à l’occasion de la parution de " À Gaza, un peuple en cage " par Olivier Pironet (abonnés seulement)  1 article en accès libre sur Gaza :

Gaza l’insoumise, creuset du nationalisme palestinien de Alain Gresh en août 2014

qui se termine par une citation :

Le général de Gaulle l’avait prédit dans une célèbre conférence de presse tenue le 27 novembre 1967 sur les suites de la guerre israélo-arabe : « L’occupation ne peut aller sans oppression, répression, expulsion » ; elle engendre « la résistance [qu’Israël] qualifie de terrorisme ».

 

Quelques extraits  de " À Gaza, un peuple en cage " :

En 2000, la bande de Gaza comptait environ 10 000 travailleurs de la mer. Faute de pouvoir accéder aux eaux poissonneuses — Israël les exclut de 85 % des zones maritimes auxquelles leur donne pourtant accès le droit international —, les deux tiers ont dû jeter l’éponge : on ne recense plus que 3 500 pêcheurs aujourd’hui, parmi lesquels 95 % vivent en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 5 euros par jour), contre 50 % en 2008.

Carte maritime Gaza

 

Les restrictions imposées par israël sont totalement illégales du point de vue du droit international, ce qui n’empêche pas la situation de perdurer. Les rapports de l’ONU restent lettres mortes :

« Gaza in 2020 : A liveable place ? », Nations unies, New York, août 2012.

« Gaza ten years later », Nations unies, juillet 2017.

« Gaza : des enquêteurs de l’ONU suspectent Israël de crimes contre l’humanité lors des manifestations », ONU Info, 28 février 2019.

entre autres résolutions…

Ci-dessous, une traduction de la réaction du gouvernement israëlien, rapportée par le Jerusalem Post, au rapport de l’ONU du 28 février 2019 :

 

" L'ONU a établi un nouveau record d'hypocrisie et de mensonges avec son rapport qui accuse israël de tirer délibérément sur des enfants à la frontière de Gaza et d'éventuels crimes de guerre ", a déclaré le Premier ministre benjamin netanyahou.

 

" israël rejette catégoriquement le rapport du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui établit de nouveaux records d'hypocrisie et de mensonges, par haine obsessionnelle d'Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient ", a déclaré netanyahou.

 

Il a pris la parole après qu'une commission d'enquête du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a publié un rapport sur les manifestations frontalières du Hamas, qui ont commencé le 30 mars 2018.

Israël a soutenu que les terroristes du Hamas participaient aux manifestations, qui ont comporté des tentatives d'infiltration d'Israël et d'autres attaques violentes aux frontières. Cela inclut le lancement d'engins incendiaires en Israël, qui ont brûlé des milliers de champs et de forêts.

 

Les Palestiniens ont prétendu qu'il s'agissait d’une manifestation pacifique et jeudi (le 28 février, NdTalus), le CDH a confirmé que les événements hebdomadaires et parfois quotidiens étaient en grande partie non-violents.

 

netanyahou a rejeté leurs conclusions en affirmant que les FDI répondaient en légitime défense au Hamas " qui tire des roquettes sur des civils israéliens, lance des engins incendiaires et mène des activités terroristes lors de ses violentes protestations contre la barrière [frontalière] ".

 

"israël ne permettra pas au Hamas de porter atteinte à la souveraineté d'Israël et à ses citoyens et protégera son droit à l'autodéfense ", a dit  netanyahou.

 

"Les soldats des FDI continueront de défendre fermement les citoyens israéliens contre les attaques du Hamas et des organisations terroristes financées par l'Iran qui ont l'intention déclarée de détruire israël ", a dit  netanyahou.

 

Le ministre de la Sécurité publique et ministre des Affaires stratégiques, gilad erdan, a déclaré : " "Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU n'a aucun rapport avec la protection des droits humains ".

 

" La publication de ce rapport manifestement faux est un pas malheureusement prévisible de la part d'un organe qui a depuis longtemps perdu sa légitimité ", a déclaré erdan.

 

" israël continuera de protéger ses citoyens contre le groupe terroriste Hamas. C'est le Hamas et ses dirigeants qui doivent être tenus pour responsables de leurs actes. Nous n'accepterons pas le prêche moraliste d'un conseil dirigé par des régimes autoritaires qui violent les droits de l'homme au quotidien ", a-t-il expliqué.

 

"Lorsque les Nations Unies ignorent l'exploitation cynique par le Hamas des marches de terreur " civiles " comme couverture des attaques terroristes et nient le droit d'israël à défendre ses citoyens, elles deviennent un partenaire dans la terreur du Hamas. Chaque pays engagé dans la lutte contre le terrorisme doit réexaminer son financement à l'ONU à la lumière de ses encouragements au terrorisme du Hamas ", a dit  erdan.

 

"Les FDI et les forces de sécurité israéliennes continueront à protéger les citoyens israéliens dans le Sud, malgré les rapports faux et absurdes du CDH ", a expliqué erdan.

 

La violence & son déni, le rejet des responsabilités sur les victimes, ça me rappelle quelque chose, pas à vous ?…

 

& ce n’est pas " l’accord du siècle " de Jared Kushner le gendre du canard (où il n’est même pas question d’État Palestinien) qui risque de changer quoi que ce soit.

Tiens, pendant que j’y pense, une traduction du début d’un article de Mondoweiss :

Les électeurs démocrates sont favorables à la réduction de l'aide à Israël, alors pourquoi n'avoir que deux candidats qui l'aient mentionné ?

" Un nouveau rapport montre qu'une majorité nette d'électeurs démocrates soutient la réduction de l'aide à Israël sur la base des violations des droits de l'homme dans le pays.

Néanmoins, seuls deux candidats démocrates à l'élection présidentielle en ont lancé l’idée au cours de cette campagne électorale et ni l'un ni l'autre n'ont fourni beaucoup de détails.

YouGov Blue a mené un sondage pour le groupe de réflexion progressiste Data For Progrès entre le 15 et le 21 août. 1 380 électeurs ont été interrogés sur la réduction de l'aide militaire américaine à israël pour ses violations des droits de l'homme, et une question plus large sur la réduction de l'aide à d'autres pays pour les mêmes raisons.

Le rapport d'accompagnement du sondage a été rédigé par Data For Progress.

Membre éminent et cofondatrice d'IfNotNow, Emma Saltzberg.

Saltzberg a constaté que 45% des électeurs soutiennent la réduction de l'aide militaire israélienne pour les violations des droits de l'homme, alors que 34% s'opposent à une telle politique.

Quand cette idée est élargie à d'autres pays, les chiffres sont beaucoup plus élevés : 61 % de soutien alors que seulement 12% sont contre.

Lorsque ces chiffres sont ventilés par appartenance politique, le contraste est frappant. Les électeurs démocrates soutiennent une telle politique à l'égard d'Israël de la même manière qu'ils le font pour les autres pays : 64 % l'approuvent et seulement 11 % s'y opposent. Cela signifie qu'une majorité nette d'électeurs démocrates (53 %) l'appuie. Les chiffres sont encore plus élevés pour les sondés qui ont déclaré avoir voté pour un candidat démocrate au Congrès lors de la dernière élection. 67 % de ces démocrates soutiennent la réduction de l'aide à Israël et seulement 10 % son maintien.

 […]

Hormis la valeur 53 % qui me semble totalement absurde (64 – 11 = 53 ???) il est clair que la question de l’aide militaire à israël ne reçoit pas la même réponse dans la population que chez les tenants du pouvoir. Le lobbying israélien y serait-il pour quelque chose ?

 

Heureusement  qu’il nous reste des accords : we are ugly but we have the music (Janis Joplin, déjà citée dans un autre Talus).

 

Cul de lampe

 

Rojava

Il s’y passe des choses !

Dans le Talus du 20 août 2019 :

DiploAux sources du communalisme kurde - Murray Bookchin, écologie ou barbarie " évoque une zone de conflit(s) encore actuellement : le Rojava, partie kurde de la Syrie.

Il en était aussi question dans le Talus du 4 août : Les États-Unis et Israël vont piller le pétrole de la Syrie occupée.

Plus récemment, Corinne Morel Darleux est allée y faire un tour, elle en a fait profiter les lecteurs de Lundi Matin en réponse à une parution de merdiapart.

Un récit plus complet de ses exploits se trouve dans Revue Ballast un lien vers le second volet est en bas du billet, etc. On y trouve aussi des liens vers d’autres billets sur ce thème.

 

Cul de lampe

 

 

U.S. Has Spent Six Trillion Dollars on Wars That Killed Half a Million People Since 9/11, Report Says

dans un langage compréhensible ça peut donner :

Selon un rapport (cible du lien en anglais, évidemment), les états unis ont dépensé 6 000 milliards de dollars dans des guerres qui ont tué un demi million de personnes depuis le 11 septembre (2001, NdTalus).

Mais pas seulement, le rapport cite aussi :

  • Over 244,000 civilians have been killed as a result of the fighting

  • 21 million — the number of war refugees and displaced persons

c’est à dire " plus de 244 000 civils ont été tués & 21 millions de personnes contraintes de fuir les combats ".

On peut se demander (si, si, on peut) qui sont les terroristes.

Voici une traduction du début de l’article qui suit ce titre :

Les États-Unis ont dépensé près de 6 000 milliards de dollars dans des guerres qui ont directement contribué à la mort d'environ 500 000 personnes depuis les attentats du 11 septembre 2001. (sans compter plus de 500 000 morts depuis le début de la guerre en Syrie, comme indiqué plus loin dans l’article. Ça rassure : le prix du cadavre est divisé par 2. NdTalus)

 

Le " Watson Institute for International and Public Affairs " de l'Université Brown a publié son rapport annuel "Costs of War" mercredi, prenant en considération les dépenses du Pentagone et son compte d'opérations de contingence à l'étranger, ainsi que " les dépenses liées à la guerre du Département d'État, les dépenses passées et obligatoires pour les soins des anciens combattants, les intérêts sur la dette contractée pour payer les guerres, la prévention et la réponse au terrorisme du Département de la sécurité nationale ".

 

Le décompte final révèle que " les États-Unis ont affecté et seront obligés de dépenser environ 5900 de milliards de dollars (en dollars courants) dans la guerre contre le terrorisme au cours de l'exercice 2019, ce chiffrage comprenant la guerre directe, les dépenses liées à la guerre et les obligations pour les dépenses futures relatives aux anciens combattants de l'après 11 septembre ".

 

" En somme, les coûts élevés de la guerre et des dépenses liées à la guerre posent un problème de sécurité nationale parce qu'ils sont insoutenables ", conclut le rapport. " Le public serait mieux servi par une plus grande transparence et par l'élaboration d'une stratégie globale pour mettre fin aux guerres et répondre à d'autres priorités urgentes en matière de sécurité nationale. "

La brutalité du capitalisme augmente avec la prise de conscience de plus en plus large de ses méfaits : pollution généralisée, répression ultra violente des mouvements sociaux, guerres tous azimuts pour entretenir les marchands d’armes, exploitation excessive de toutes les ressources… Comme l’écrivait Frédéric Lordon : va falloir l’achever à coups de pelle ! Peut-être même pelles : vaudrait mieux être nombreux pour se débarrasser de la bête immonde.

 

Cul de lampe

 

 

Comme d’hab, une petite vidéo pour garder le moral malgré tout :

Une dauphine (le mammifère marin, pas Gordini, enfin) remercie les pêcheurs qui ont libéré son bébé pris dans leur filet.

Dauphine Gordini

Une photo de dauphine mais pas n’importe quelle dauphine : une Gord ! Le modèle destiné aux rallyes sorti de l’atelier Amédée Gordini bleue avec deux bandes blanches, caractéristiques des Gordini. Elle sera suivie de la R8 Gordini puis de la R12 du même nom.

Ici ou pas bien loin

Cerveaux non disponibles

La page fesses de bouc des " CND " a été déréférencée pendant la durée du g7. Si jamais ça vous rappelle l’effacement de la tribune du Grand Conseil Coutumier Des Peuples Amérindien Et Bushinengé De Guyane (Talus du 30 août), ça m’étonnera pas & vous non plus pisske c’est vous qui z’y avez pensé en premier (balèze en déduction, le Talus, non ?). Mais c’est pas là dessus que je voulais vous écrire, pas de chance !

 

Non, c’était sur les cerveaux disponibles au contraire, juste histoire de revisiter une actualité passée mais pas périmée.

Depuis le temps que vous suivez le Talus (ce qui n’est guère difficile : un talus, ça court pas vite) vous avez déjà vu quelques parts, ouais, c’est rarement au pluriel mais là c’était obligé, & si je suis interrompu sans arrêt, on va y passer la nuit, donc, j’en étais à écrire que vous aviez déjà vu ce logo :

Acrimed 

 

 

Pas la peine de cliquer comme des folles dessus, y’a pas de lien cette fois, je vous ai bien eues. Alors, c’est quoi ACRIMED ?

Une association créee en 1996 dont le nom est la contraction de ACTION-CRITIQUE-MÉDIAS, pour tout savoir (ou presque) sur elle, matez ici.

Quel rapport avec la non disponibilité des cerveaux vous demandez-vous, je ne vais plus vous faire languir : c’est le contraire. Vous allez voir.

Le contraire, oui, mais de quoi ?

Précisément, un pdg, plus précisément celui de tf1, avait sorti devant des journalistes, plus précisément encore en vue de la publication d’un bouquin (en 2004), un discours sur l’activité de la chaîne qui avait fait bondir quelque peu quelques unes :

[…] pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible " […].

Si si si, il a osé le dire. Remarquez, c’était complètement honnête de sa part, c’est pas ça qu’on pouvait lui reprocher, mais ça l’a fait mal voir quand même. Mais pas de tout le monde, rassurez-vous (il est resté pdg de tf1 jusqu’en 2008 puis a bossé pour pinault). Vous trouverez de plus larges extraits de ses aphorismes dans ce bouquin d’entretiens avec lui & d’autres patrons : Les dirigeants face au changement mais faudra l’acheter ou mieux, le trouver en bibliothèque, je l’ai pas & j’en ai pas l’intention, je peux pas vous le prêter.

Alors, pour accéder un peu quand même à ce trésor enfoui depuis si longtemps :

Acrimed 

- Le Lay (TF1) vend « du temps de cerveau humain disponible »

- Quand les cerveaux ne pensent pas à la pub, TF1 sort son revolver

- Patrick Le Lay, pour TF1, vend du Coca light à Télérama

 

Vous voyez, quand on me laisse écrire sans m’interrompre, j’y arrive.

 

Revenons à nos agneaux : Acrimed comme pas mal d’assos qui veulent rester indépendantes, a besoin de pognon. Si ça vous tente de la soutenir, c’est ICI.

Le magazine Médiacritique(s) reprend certains des articles publiés sur le net, illustrés le plus souvent & d’autres orignaux, ça change agréablement d’un écran.

Donc, cette année, laissez tomber les îles vierges, delaware, panama, luxembourg & tous vos paradis artificiels habituels, investissez dans la niche fiscale

Acrimed

.

Cul de lampe

 

Pacotille

Dans le Diplo de septembre, " De la pacotille aux choses qui durent " (re)présente une idée pour limiter la casse de la planète :

Depuis la crise de 1929, les industriels fabriquent toujours plus de marchandises à la longévité toujours plus limitée. L’impératif environnemental implique de ralentir la consommation frénétique des biens. Mais comment remettre en cause le pilier d’un système que soutiennent presque tous les gouvernements ? Une idée simple et d’allure inoffensive pourrait ouvrir la brèche. "

Une pétition pour allonger la durée de garantie à 10 ans, vu que c’est de cette idée là qu’il s’agit, avait été lancée en 2016, close depuis bien sûr mais il en reste un pdf destiné à sensibiliser le plus largement possible qui peut être téléchargé ici.

Un élément important dont je ne connaissais pas l’existence légale est mis en lumière dans l’article :

Enfin, l’allongement de la garantie doit s’accompagner de l’affichage du prix d’usage, qui, selon la loi Hamon, désigne « la valeur marchande associée à l’usage du service rendu par un bien meuble, et non à la propriété de ce bien  ». Le gouvernement de l’époque a confié cette expérimentation au bon vouloir des industriels, sans la rendre obligatoire. Résultat : personne n’a entendu parler du prix d’usage. Il s’agit pourtant d’un outil étonnant. Le prix affiché d’un bien peut être modique, mais son prix d’usage élevé. Les deux varient même souvent en proportion inverse. Un prix bas masque vraisemblablement la piètre qualité des composants, et/ou — cela va généralement de pair — les conditions de travail désastreuses des producteurs. Le prix d’usage inclut les coûts cachés : ceux de la durée de vie limitée qui contraindra le consommateur à renouveler le produit à brève échéance. "

 

Ce n’est pas encore le prix écologique dont je rêve depuis longtemps qu’on pourrait baser sur le prélèvement soutenable ou pas, la recyclabilité directe ou pas & son coût, son impact sur l’environnement : CO2, méthane, poisons divers & variés…

De plus, il n’est pas obligatoire, pas comme ce qui concerne les riens. Imaginez que les limitations de vitesse sur route ne soient qu’indicatives, plus de PV possibles, la vache à lait tarie (non, pas la vache à l’eau…).

C’est un peu ça aussi pour les industriels : vendre de la mer mauvaise qualité rapporte davantage & à plus long terme, pourquoi se gêner ? Tant que le profit guide leur action (& c’est pas près de changer), aucune chance de voir la situation évoluer sans contrainte réglementaire. Il suffit de constater l’opposition lourde de certains secteurs de l’agroalimentaire (coca, le lobby laitier…), déjà évoquée dans le Talus du 14 juillet, à l’étiquetage nutritionnel " recommandé " pour s’en convaincre.

 

Cul de lampe

Reuters : Lancement d'une consultation sur les zones tampons liées aux pesticides

Où l’on constate une fois de plus l’absurde surdité de ce gouvernement : 90 % des français souhaitent l’interdiction totale des pesticides, la réponse serait une ridicule(*) " zone tampon " de 5 à 10 mètres entre les épandages & les habitations assortie d’une con... sultation en vue d’une mesure qui serait prise (par la femme qu’a vu la femme….. qu’a vu l’ourse) en 2020, mais dont l’effet interviendrait on ne sait quand, si jamais une quelconque obligation pouvait y figurer.

* : quand on voit le brouillard généré par un épandeur de traitement chimique, 10 m, c’est clairement pire que ridicule (& sans prendre en compte le moindre coup de vent qui anéantirait ces " distances ").

D’ici là, nous pourrons toujours dire ce que nous voulons, en étant certaines de causer dans le vide, comme les fois précédentes pour les Gilets Jaunes, les retraites, l’école de la " con fiance ". Les grands débaratins, on connaît, pas la peine de faire le déplacement : veuillez parler à mon flipper, mon juke-box est malade !

Pour ce faire (parler au flipper) c’est . & c’est très extrêmement rigolo, si si ! Par exemple on y trouve :

10m minimum pour l’épandage des substances les plus dangereuses ;

  • pour les autres produits phytosanitaires, 10m minimum pour les cultures hautes (viticulture, arboriculture notamment) et 5m minimum pour les cultures basses (céréales par exemple).

  • La possibilité d’adapter ces distances minimales dans le cadre de chartes validées au niveau départemental, après échanges entre les agriculteurs, les riverains et les élus. Ces distances minimales pourront être ramenées à 3m pour les cultures basses et la viticulture et à 5m pour les autres cultures, à la condition d’avoir recours à des matériels de pulvérisation les plus performants sur le plan environnemental. Le projet d’arrêté prévoit que ces distances puissent le cas échéant être adaptées à l’avenir, après expertise de l’Anses et au regard des nouvelles données scientifiques et des techniques d’application des produits.

On pourra toujours modifier les (ridicules, mais je crois bien l’avoir déjà écrit) distances minimales (pour des produits dangereux !!!), du moment que c’est pour les diminuer, rigolo, je vous l’écrivais.

On est bien loin des 150 m du maire de Langouët, encore davantage de l’interdiction totale de l’empoisonnement de la planète.

Tiens, justement, le susdit maire de Langouët a réagi à la proposition des lobbies (*) gouvernementeurs :

Protection contre les pesticides: le maire de Langouët juge "pas croyable" la proposition du gouvernement :

"On est tombé de notre chaise car ces cinq et dix mètres, ce sont des protocoles déjà mis sur des bidons de pesticide de synthèse"

 

* par exemple : l’Union des industries de la protection des plantes, on pourrait croire que c’est une défenseure de la nature, ben, pas vraiment :

L'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) est une organisation professionnelle française et un lobby regroupant les entreprises qui commercialisent en France des produits phytosanitaires, des pesticides et plus généralement toute solution technologique en faveur de la protection des cultures.

Phytosanitaire,  protection des cultures, comme d’hab, de jolis mots pour cacher le poison, le profit. Vous remarquerez que les humains sont absents de cette définition, c’est sans doute un " oubli ".

 

Mais voilà, ça occupe la populace, toujours ça de temps gagné pour continuer les ****** (grossièreté censurée), en profitant de l’occasion pour diviser en vue de mieux régner : agricultrices contre partisanes d’une interdiction des pesticides, qu’ils soient tueurs d’abeilles ou … d’agricultrices.

Stop pesticides

Un petit rappel : on est presque à 1kg de pesticides par personne & par an en france ! Mais en comptant uniquement les pesticides épandus par les agricultrices, sinon, en 2016 c’étaient 62 000 t joyeusement dispersées autour de nous, jusque dans nos assiettes (est-ce que la bouffe est bio à l’assemblée, au sénat, à l’Élysée ?) on dépassait le kg de poison ( de poizon, pas de poisson, c’est pas tout à fait pareil : dans le poisson, en plus, y’a du plastique) par personne, à l’aise !

Mais le tonnage n’est pas tout puisque les poisons utilisés sont de plus en plus violents, il en faut de moins pour tuer, ou encore, la même masse tue davantage de… de quoi d’ailleurs ? Des organismes de plus en plus résistants ? Pas ceux des humains, qui n’évolueront pas à la vitesse des poisons.

 

Talus du 8 juillet :

En 2017, les agriculteurs de France métropolitaine ont acquis 56 650 tonnes de produits phytosanitaires ".(merdiapart) picoler bio ou périr, il faut choisir.

 

Talus du 4 août :

[…] bayer fournissait la matière première du zyclon B, monsanto l’agent orange, & maintenant " vous accompagnent du champ jusqu’au cancer ". […]

 

Le plan Ecophyto 2018, malgré son nom, date de 2008. Extrait de l’axe 2 § 1 :

La diffusion de la connaissance sur les méthodes « économes en pesticides » et l'amélioration des pratiques actuelles sont les premières actions à mettre en place dans l'objectif d'une réduction de 50% de l'usage des pesticides sur 10 ans. En particulier,

l'expérience acquise par différents réseaux et modes de production (agriculture biologique et durable par exemple), y compris en dehors du territoire national, pourra être utilement mobilisée.

C’est moi qui souligne & graisse.

 

À propos, quelques petites remarques :

  • le plan écotruc, il a tellement bien foiré qu’on a droit à un deuxième, copie du premier, y’a que la date qui change : 50 % c’est pour 2025, après, les mêmes lobbies nous en feront un troisième, etc.

  • Maintenant, c’est à votre mémoire que je vais faire appel : NDDL, ça vous cause ? & ben, là-bas, à notre dame des Landes, ils avaient commencé à faire dans le bio, dans un autre mode de production : ils ont remplacé les pesticides par du gaz lacrymo, z’ont déniapé les doryphores & les piérides du chou à grands coups de matraques & de lbd, labouré à la grenade & aux blindés… C’est comme ça qu’on mobilise " l'expérience acquise par différents réseaux et modes de production (agriculture biologique et durable par exemple) ".

  • L’Appel des coquelicots pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse a été lancé en septembre (2018, NdTalus). Reporterre

  • Fabrice Nicolino : « L’Agence nationale de sécurité sanitaire fait partie du lobby des pesticides », sur Reporterre également

  • Le Val-de-Marne, premier département à prendre un arrêté antipesticides.

 

Pour terminer provisoirement : ce petit exposé, publié par 3 associations de médecins, montre bien l’hypocrisie du pouvoir depuis des lampadaires lustres. Les risques pour la santé humaine sont connus depuis longtemps mais le principe de précaution ne vaut que pour les bénéfices des grands groupes : faut bien comprendre que sans eux, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue… en attendant que grâce à eux, elle ne soit plus vivable.

 

Cul de lampe

Il paraîtrait que les Gilets jaunes, c’est fini. C’est pas moi, c’est legendre & d’autres sympathiques républicains marcheurs qui le disent. On sait pas si c’est de la com interne ou la méthode Coué qu’est à l’œuvre :

Image13

Gilets jaunes : regain de la mobilisation pour la rentrée, heurts à Montpellier et Rouen

 

Chez Vintras : GJ : silence radio et TV

Alors que le mouvement des Gilets Jaunes continue à se manifester chaque samedi depuis le 17 novembre 2018, le pouvoir macronien a donné la consigne de ne plus en parler car il veut faire croire à l'opinion publique que cette "jacquerie" est terminée...

 

Cul de lampe

C’est pas(encore) Fukushima mais y’a un mais :

Au moins cinq réacteurs nucléaires menacés d'arrêt

Au moins cinq réacteurs nucléaires français sont menacés d'arrêt en raison de problèmes sur des soudures pour des générateurs de vapeur, un problème soulevé en début de semaine par EDF, rapporte jeudi Le Figaro, citant Bernard Doroszczuk, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). […] Ouais, c’est ici que ça  se passe : au pays du nucléaire éclairé !

 

Cul de lampe

Encore chez Reuters : Deux pesticides nocifs pour les abeilles bientôt interdits. Les annonces du gouvernement se suivent & se ressemblent : encore du blabla pour donner l’impression qu’il s’occupe de la question, mais à force de dire tout & n’importe quoi, il en arrive aussi à désavouer l’anses, qui lui sert par ailleurs de référence pour les (ridicules, mais vous le savez déjà) 5 à 10 m de non-épandage de pesticides.

Les Autorisations de Mise sur le Marché pour les deux pesticides ont été données par l’anses & voilà-t-y pas que cette AMM est récusée, donc & par conséquent l’anses y perd sa " crédibilité ", en admettant qu’elle en ait eu une.

Pas sûr qu’elles sachent encore où elles habitent " là-haut ".

 

Sur le sulfoxaflor, dans wikipédia, on trouve

Ecotoxicologie (sic)

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) qui a procédé à son évaluation en vue de son homologation, le sulfoxaflor présente l'avantage par rapport aux néonicotinoïdes d'être peu persistant dans les sols et dans les plantes (1 à 4 jours) ; ses résidus de dégradation ne sont pas toxiques pour les pollinisateurs, et il est moins toxiques (sic) pour les animaux aquatiques.

Le gros souci, c’est bête, hein... c’est qu’il est toxique. Pour les abeilles, les pollinisateurs, etc. Pour les humains, on verra plus tard, quand les gens de l’anses auront le temps.

Bien sûr, il n’est pas totalement impossible que ses résidus ne le soient pas mais le produit SI !

Sur le flupyradifurone, moins de précisions mais classé aussi comme néonicotinoïde.

On comprend bien que ce sont pas les AMM de l’anses qui risquent de freiner les empoisonneurs planétaires. Alors, lui faire confiance pour les distances de protection des lieux de vie (humaine...) pose un sérieux problème : comment faire un bon guide d’un aveugle ? decidme qué buena guía podéis de un ciego sacar...

Pour les paroles (en espagnol) voir ici. L’amour tyrannique (du pognon, du pouvoir dans le cas qui nous occupe) peut-il laisser ses adoratrices en paix ?

Dans ce cadre empoisonnant, je vous invite à plaindre notre pôvre ministre, victime d’une sorte de cacatov social :

" Mais moi je veux objectiver le principe de précaution […]. Je sais très bien que quand je dis ça, je me fais insulter, je me fais découper, je me prends des tombereaux de merde sur la figure sur les réseaux sociaux ".

Quelle ministérielle élégance, n’est-il pas ? Pourtant, dans les publications du ministère, on trouve ÇA, mais l’a pas dû avoir le temps de regarder not’bon maît’.

& pis, ça veut dire quoi " objectiver le principe de précaution " ? Si je comprends bien, tout simplement ne pas en tenir compte mais vues les définitions du CNRTL, je me demande s’il comprend ce qu’il raconte not’maît’.

 

Cul de lampe

La bonne nouvelle d’ici ou pas bien loin sur Reporterre :

À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés.

Quand on pense que la dgsi a été mobilisée pour contrer ces dangereux terroristes & qu’ils sont relaxés maintenant (le jugement leur donne entièrement raison), on s’interroge en se grattant le tête...

À moins que le rôle dévolu à la dgsi par notre extrêmement cher président ne soit celui de protéger son ego, ma foi fort bien dimensionné ?

Cul de lampe

Petit retour chez nos amies d’ Acrimed pour un topo sur le

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Tout est bon pour déglinguer l’éducation nationale (" on " solde avant la privatisation ?), les éditocrates payés 10 ou 20 fois plus s’en donnent à cœur joie, mais le truc gênant c’est que c’est faux. Les profs les mieux rémunérées doivent être en gros à la moitié du chiffre annoncé, en fin de carrière & je vous cause pas des contractuelles jamais sûres de revenir à la rentrée suivante & payées au lance-cailloux.

 

Cul de lampe

 

Bon, c’est pas qu’il n’y ait plus rien à raconter mais ça sera dans le prochain numéro. Merci d’avoir lu jusqu’ici, ça fait plaisir, si, si, si, je vous assure.

 

En attendant la prochaine édition, vergiss nicht, don’t forget, n’oubliez pas :

Maintenant on y va ! On bosse. On décide sa voisine, sa vieille tante et sa cousine à voter. Par Internet ou avec un formulaire papier déposé auprès de sa mairie. On en parle à ses collègues de boulot. On met une affiche artisanale sur la fenêtre qui donne sur la rue. On imprime un paquet de feuilles pour tous ceux qui regardent le moindre ordinateur avec la terreur enfantine des nuits sans lune. On prend la carte d’électeur du grand-oncle et on la recopie soigneusement sur la feuille avant de le conduire à la mairie du bled-en-chef.

Le lien pour télécharger le formulaire pré-rempli (avec la formule " Proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris 2019-572 " aux endroits z’adéquats, faudra quand même remplir le reste).

 

& pour argumenter, voir aussi Jean Gadrey :

Le référendum sur les aéroports de Paris est essentiel, non pas d’abord contre Macron, mais POUR l’intérêt général et la réappropriation de l’avenir. "

 

& y’a aussi, plus facile à retenir, l’adresse du Talus : letalus.org

 

 

PARA NOSOTROS NADA, PARA TODOS TODO

Répondre à cet article

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0